19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > 12% des espèces marines sont menacées d’extinction dans le Pacifique (...)

12% des espèces marines sont menacées d’extinction dans le Pacifique Est-Tropical

Dernière mise à jour le mercredi 29 février 2012

Article paru sur le site "Actualité News Environnement" - Lundi 27 Février 2012
Visualiser l’article original



12% des espèces marines sont menacées d’extinction dans le Pacifique Est-Tropical

Par Sandra BESSON

D’après une nouvelle étude de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, 12% des espèces marines de la région du Pacifique est-tropical seraient menacées d’extinction.

Douze pour cent des espèces marines recensées dans le Golfe de Californie, sur les côtes de Panama et du Costa Rica et dans les cinq îles et archipels de la région du Pacifique Est-Tropical sont menacées d’extinction, d’après une étude de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Les principales menaces pour la flore et la faune marines locales comprennent la pêche excessive, la disparition de leur habitat et l’augmentation des impacts du phénomène El Nino.

Publiée cette semaine, l’étude est la première évaluation de la Liste Rouge des Espèces Menacées de l’UICN disponible pour toutes les espèces connues d’une région biogéographique marine majeure connue.

L’analyse identifie les zones géographiques spécifiques dans lesquelles les efforts de conservation sont le plus nécessaires, dont la bouche du Golfe de Californie et les côtes de Panama et du Costa Rica, tout en identifiant la nature et la localisation des plus grands dangers qui pèsent sur la vie marine.

« Comprendre la vulnérabilité des espèces aux menaces majeures est essentiel pour déterminer comment les espèces et les environnements marins sont susceptibles de répondre à une menace ou plusieurs simultanées » a déclaré Beth Polidoro de l’Unité de l’UICN pour la Biodiversité Marine, et principale auteur de l’étude.

« L’identification des espèces menacées et des modèles de menaces dans la région du Pacifique Est-Tropical peut aider à guider les priorités de conservation locales et régionales pour la biodiversité, et peut servir à mieux informer les politiques ».

Ces dernières années, au moins 20% des espèces marines ont disparu dans le monde, et plus de 133 populations locales d’espèces marines ont subi un sort similaire. Parmi elles, on compte la disparition de l’espèce Azurina eupalma, un poisson endémique des Galápagos, pendant le phénomène El Nino de 1982-1983.

Des déclins considérables ont également été enregistrés parmi plusieurs groupes marins, dont de nombreuses populations de poissons commerciaux, de poissons de récifs de corail, de coraux, de mangroves, et d’herbes marines.

Deux espèces commerciales de poissons, le Totoaba et le Stereolepis gigas sont considérées comme Dangereusement Menacées alors qu’elles étaient autrefois plus qu’abondantes dans les eaux du sud de la Californie et du Golfe de Californie.

« Sauver les espèces menacées est la chose la plus importante que nous pouvons faire pour sauvegarder la santé des océans, qui bénéficient à des millions de personnes qui dépendent d’océans en bonne santé et productifs » a déclaré Scott Henderson, Directeur Régional de la Conservation Marine pour Conservation International et co-auteur de l’étude.

« Cette nouvelle étude est un effort scientifique monumental qui donne aux gouvernements et aux organisations les informations nécessaires pour concentrer l’argent de la conservation sur les espèces, les endroits et les problèmes qui en ont le plus besoin ».

Ces découvertes soulignent le fait que des mesures de conservation sont nécessaires à la fois pour les espèces marines et pour les zones géographiques dans lesquelles les espèces sont le plus menacées.

Par exemple, la création de zone marine protégée autour de l’île Clipperton dans l’Océan Pacifique devrait être une priorité dans la mesure où elle compte la proportion d’espèce menacée la plus importante, et est la seule des cinq îles océaniques de la région qui manque d’une protection gouvernementale complète.

« Il y a des mesures tangibles que nous pouvons prendre pour limiter le risque d’extinction des espèces dans le Pacifique Est-Tropical » a déclaré Tom Brooks, directeur scientifique de NatureServe. « Par exemple, pour les rares espèces de pêcheries menacées, nous devons travailler pour une meilleure gestion à échelle locale et régionale. Nous pouvons faire une différence, mais nous devons d’abord réunir et utiliser les données disponibles ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP