13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > 17 h 17 l’Eco. L’arbre à vent va pousser en Europe

17 h 17 l’Eco. L’arbre à vent va pousser en Europe

Dernière mise à jour le mardi 16 juin 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 11 Juin 2015
Visualiser l’article original



Les arbres à vent imaginés par l’entreprise New Wind vont enfin quitter le bureau d’études de Paris pour s’inscrire dans le réel.
Assemblés à Trégueux (22), une quinzaine de modèles de présérie vont être plantés en France, en Allemagne, en Suisse, à l’automne.
La première phase de la commercialisation de ce système éolien innovant. L’automne, saison déclinante où les silhouettes végétales se déplument. Tout l’inverse pour deux arbres à vent conçus par la société parisiano-bretonne New Wind. Ils feront tournoyer leurs feuilles génératrices d’électricité lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (Cop 21) qui s’ouvre le 30-novembre.
Poutine, Obama et Hollande jetteront-ils une œillade à ces troncs métalliques qui culminent à 10-m ? Sans doute, tant ces éoliennes d’un nouveau type semblent dessiner un avenir optimiste et esthétique à la production d’énergie. « Capables de fournir 83% de l’électricité d’une maison de 125 m² de quatre personnes, hors chauffage », promet Jérôme Michaud Larivière, président-directeur général.
Ikea Belgique intéressé Ces deux arbres à vent en un lieu médiatique cachent la forêt éparse que l’entreprise a l’intention d’enraciner à partir de la mi-septembre en Europe.
« Nous entrons dans la phase de commercialisation, avec une quinzaine de modèles de présérie », renseigne Jérôme Michaud Larivière. Ils seront assemblés dans l’atelier basé à Trégueux, près de Saint-Brieuc, grâce aux pièces fournies par des entreprises locales, parmi lesquelles Bretagne Ateliers et Euro-Process, et à trois salariés. Ces éoliennes migreront ensuite vers le parking d’un Ikea belge, dans un centre commercial de Düsseldorf, et près du siège d’une banque suisse. Ils devaient même attiser la curiosité des Parisiens et touristes, place de la Concorde, avant que l’on ne s’aperçoive que ses dalles classées ne pouvaient être percées. « Avec la Mairie, nous cherchons un autre lieu »,

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP