19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > 30 % des îles du fenua menacées

30 % des îles du fenua menacées

Dernière mise à jour le vendredi 13 septembre 2013

Article paru
sur le site "la dépêche" - 12 septembre 2013
Visualiser l’article original


“Ces travaux montrent à quel point l’élévation du niveau de la mer est une nouvelle menace qui pèse sur la biodiversité” et “les politiques de conservation ou de sauvegarde d’espèces en danger doivent aussi prendre en compte les conséquences de ce processus inexorable”, écrivent mardi, dans un communiqué, les auteurs, chercheurs au CNRS/Université Paris-Sud. Les scientifiques ont travaillé sur des hypothèses de hausse du niveau de la mer, allant de 1 à 3 mètres autour de 2100, une fourchette désormais avancée par de nombreuses études. Ils ont croisé les profils de 1 269 îles françaises (sur les 2 050 existantes de plus d’un hectare) avec ces projections d’élévation des eaux. Selon leurs résultats, entre 6 % (dans l’hypothèse d’une hausse de 1 mètre) et 12 % (hypothèse de 3 mètres) des îles françaises sont menacées d’être totalement submergées.

Au fenua et sur le Caillou

“La Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie seraient les régions les plus affectées”, notent les chercheurs. La Nouvelle-Calédonie abrite 30 % des îles menacées, la Polynésie française également 30 % et la Méditerrannée 10 %. En terme de surface, cela représenterait 1,7 à 2 % de la Nouvelle-Calédonie qui serait engloutie de façon permanente. L’étude montre que “les espèces endémiques déjà répertoriées comme en danger par l’UICN (ndlr, Union internationale pour la conservation de la nature) seront les plus vulnérables face à la hausse du niveau de la mer”. La biodiversité des îles est, de manière générale, particulièrement riche. À titre d’exemple, les archipels français ne représentent que 0,08 % de la surface des continents, mais abritent 1,4 % des plantes, 3 % des mollusques, 2 % des poissons, 1 % des reptiles et 0,6 % des oiseaux.

En étendant leur modélisation aux quelque 180 000 îles du monde entier, les chercheurs estiment que 10 à 20 000 d’entre elles pourraient disparaître d’ici la fin du siècle. “Les Philippines, l’Indonésie et les Caraïbes sont les zones les plus vulnérables”, indiquent les chercheurs, estimant qu’“au moins 300 espèces endémiques, en majorité des plantes, y sont gravement menacées par l’élévation du niveau des mers”.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP