13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > 500.000 morts à cause du réchauffement climatique ?

500.000 morts à cause du réchauffement climatique ?

Dernière mise à jour le vendredi 4 mars 2016

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 03 Mars 2016
Visualiser l’article original


Le réchauffement climatique pourrait, en réduisant la productivité agricole, provoquer plus de 500.000 morts supplémentaires en 2050 dans le monde du fait des changements d’alimentation et des pénuries, indique une étude parue jeudi.
Selon The Lancet, qui la publie, cette étude est la première à évaluer l’impact du changement climatique sur le régime alimentaire et le poids des gens, et à estimer le nombre de décès en résultant en 2050 dans 155 pays.

Jusqu’à présent, "de nombreuses recherches se sont penchées sur la sécurité alimentaire, mais peu se sont concentrées sur les effets plus larges en matière de santé de la production agricole", souligne Marco Springmann, de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni), qui a dirigé l’étude, dans un communiqué.
Le réchauffement climatique se traduit notamment par des phénomènes météorologiques extrêmes comme des pluies torrentielles ou des sécheresses, aux impacts dévastateurs sur les productions agricoles.
Si aucune mesure n’est prise pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le changement climatique pourrait réduire "d’environ un tiers" l’amélioration prévue de la quantité de nourriture disponible d’ici à 2050, indiquent les chercheurs.
Au niveau individuel, cela se traduirait par une diminution moyenne de 3,2% de la quantité de nourriture disponible, de 4% de la consommation de fruits et légumes et de 0,7% de celle de viande rouge par rapport à 2010, estiment les chercheurs.

Les pays les plus pauvres les plus touchés

"Ces changements pourraient être responsables d’environ 529.000 morts supplémentaires en 2050", estiment-ils.
Dans un scénario sans changement climatique, l’accroissement du volume de nourriture disponible et de la consommation pourrait empêcher 1,9 million de décès.

Les pays les plus touchés seraient ceux aux revenus faibles et moyens, essentiellement dans la région du Pacifique ouest (264.000 morts) et d’Asie du Sud-Est (164.000).
Près des trois quarts des décès surviendraient en Chine (248.000) et en Inde (136.000).
"La consommation réduite de fruits et légumes pourrait faire deux fois plus de morts que la sous-alimentation", estiment les chercheurs.

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP