18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > 6 à 12% des îles françaises menacées par la montée des eaux

6 à 12% des îles françaises menacées par la montée des eaux

Dernière mise à jour le mardi 17 septembre 2013

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - 13 septembre 2013
Visualiser l’article original


La hausse inéluctable du niveau des mers, causée par le réchauffement climatique, menace à l’horizon 2100 entre 6 et 12% des îles françaises, principalement en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie, selon une étude parue dans Nature Conservation.
"Ces travaux montrent à quel point l’élévation du niveau de la mer est une nouvelle menace qui pèse sur la biodiversité" et "les politiques de conservation ou de sauvegarde d’espèces en danger doivent aussi prendre en compte les conséquences de ce processus inexorable", selon les auteurs de l’étude, chercheurs au CNRS/Université Paris-Sud.

Les scientifiques ont travaillé sur des hypothèses de hausse du niveau de la mer allant de 1 à 3 mètres autour de 2100, une fourchette désormais avancée par de nombreuses études. Ils sont croisé les profils de 1.269 îles françaises (sur les 2.050 existantes de plus d’un hectare) avec ces projections d’élévation des eaux. Selon leurs résultats, entre 6 % (dans l’hypothèse d’une hausse de 1 mètre) et 12% (hypothèse de 3 mètres) des îles françaises sont menacées d’être totalement submergées.
"La Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie seraient les régions les plus affectées", notent les chercheurs. La Nouvelle-Calédonie abrite 30% des îles menacées, la Polynésie française également 30% et la Méditerranée 10%. En termes de surface, cela représenterait 1,7 à 2% de la Nouvelle-Calédonie qui serait engloutie de façon permanente.

L’étude montre que "les espèces endémiques déjà répertoriées comme en danger par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) seront les plus vulnérables face à la hausse du niveau de la mer". La biodiversité des îles est de manière générale particulièrement riche : à titre d’exemple, les archipels français ne représentent que 0,08% de la surface des continents, mais abritent 1,4% des plantes, 3% des mollusques, 2% des poissons, 1% des reptiles et 0,6% des oiseaux.

Une étude étendue à l’échelle de la planète

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP