15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > 6 à 12% des îles françaises menacées par la montée des eaux

6 à 12% des îles françaises menacées par la montée des eaux

Dernière mise à jour le mardi 17 septembre 2013

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - 13 septembre 2013
Visualiser l’article original


La hausse inéluctable du niveau des mers, causée par le réchauffement climatique, menace à l’horizon 2100 entre 6 et 12% des îles françaises, principalement en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie, selon une étude parue dans Nature Conservation.
"Ces travaux montrent à quel point l’élévation du niveau de la mer est une nouvelle menace qui pèse sur la biodiversité" et "les politiques de conservation ou de sauvegarde d’espèces en danger doivent aussi prendre en compte les conséquences de ce processus inexorable", selon les auteurs de l’étude, chercheurs au CNRS/Université Paris-Sud.

Les scientifiques ont travaillé sur des hypothèses de hausse du niveau de la mer allant de 1 à 3 mètres autour de 2100, une fourchette désormais avancée par de nombreuses études. Ils sont croisé les profils de 1.269 îles françaises (sur les 2.050 existantes de plus d’un hectare) avec ces projections d’élévation des eaux. Selon leurs résultats, entre 6 % (dans l’hypothèse d’une hausse de 1 mètre) et 12% (hypothèse de 3 mètres) des îles françaises sont menacées d’être totalement submergées.
"La Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie seraient les régions les plus affectées", notent les chercheurs. La Nouvelle-Calédonie abrite 30% des îles menacées, la Polynésie française également 30% et la Méditerranée 10%. En termes de surface, cela représenterait 1,7 à 2% de la Nouvelle-Calédonie qui serait engloutie de façon permanente.

L’étude montre que "les espèces endémiques déjà répertoriées comme en danger par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) seront les plus vulnérables face à la hausse du niveau de la mer". La biodiversité des îles est de manière générale particulièrement riche : à titre d’exemple, les archipels français ne représentent que 0,08% de la surface des continents, mais abritent 1,4% des plantes, 3% des mollusques, 2% des poissons, 1% des reptiles et 0,6% des oiseaux.

Une étude étendue à l’échelle de la planète

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP