18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > A 19 ans, sa solution pour "nettoyer" les océans approuvée par les (...)

A 19 ans, sa solution pour "nettoyer" les océans approuvée par les scientifiques

Dernière mise à jour le mardi 17 juin 2014

Article paru
sur le site "La Tribune" - 11 Juin 2014
Visualiser l’article original



Venir à bout du 6e continent. A 19 ans, Boyan Slat veut s’attaquer à cette montagne de 3,5 millions de km² à la dérive, qui empoisonne les océans. A l’aide d’un entonnoir se déplaçant avec les courants marins, il espère débarrasser la planète de cette masse polluante, découverte en 1997 par le capitaine et océanographe Charles Moore.
Des entonnoirs tentaculaires pour capter les plastiques

Tout a commencé pendant ses vacances en Grèce. Le jeune Hollandais a été surpris d’observer plus de sacs en plastique que de poissons lors de ses plongées en mer. Il y a deux ans, il se lance donc dans d’intenses recherches et expérimentations pour trouver une solution à cette catastrophe écologique.

Après avoir abandonné l’idée d’un râteau géant, trop destructeur pour les fonds marins, l’étudiant en école d’ingénieur aboutit finalement à un concept de plate-forme assemblant des tuyaux en bouées à des panneaux immergés de trois mètres. Vue de ciel, elle ressemble à une raie manta géante, sous l’eau elle s’apparente plus à une grande pieuvre.

Dans un entretien au journal suisse Le Matin, il explique :

"Dans les méthodes de nettoyage traditionnelles, on utilise des bateaux équipés de filets pour récolter les déchets. Mais le plastique ne reste jamais au même endroit. Il se déplace, et c’est un problème car il faut se déplacer avec lui. C’est pourquoi j’ai décidé de me servir des courants et des vents pour amener le plastique à moi".

En plaçant des capteurs dans les gyres océaniques (tourbillons marins) qui concentrent les déchets, le dispositif intercepte facilement les tonnes de plastiques "en permettant à la faune et la flore de passer librement dessous", complète Boyan Slat.
A la recherche de financements via crowdfunding

L’idée est là, reste à trouver l’argent. Après avoir lancé en 2013 sa fondation, The Ocean Cleanup, qui a rassemblé 100 volontaires, le jeune homme ambitionne aujourd’hui de lever 2 millions de dollars en cent jours pour construire une plate-forme pilote totalement opérationnelle dans les trois à quatre prochaines années. Pour cela, il a lancé un appel au don via une plateforme de crowdfunding. 65 000 euros ont déjà été récoltés.

Pour légitimer son projet, le jeune homme a commandé une étude de faisabilité

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP