11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré
Accueil > Actualités de la mer > A Brest, Océanopolis ouvre les portes des abysses

A Brest, Océanopolis ouvre les portes des abysses

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Le Nouvel Observateur" - Samedi 07 Avril 2012
Visualiser l’article original



A Brest, Océanopolis ouvre les portes des abysses

Le parc de découverte des océans Océanopolis de Brest présente en première mondiale à partir de samedi des crevettes et crabes des abysses, évoluant sous les yeux du public dans des aquariums spécialement conçus pour reproduire les formidables pressions des profondeurs marines.

Avec ses tuyaux, ses plaques d’inox et de caoutchouc, l’aquarium AbyssBox, un caisson cylindrique avec un hublot rond en façade, ressemble à un "tambour de machine à laver", sourit son concepteur Bruce Shillito, de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC) de Paris.

Pourtant, derrière le plexiglas conique d’une épaisseur de 8 cm, les mêmes hublots utilisés à bord du sous-marin de grande profondeur Nautile, règne une pression d’eau de mer de 180 bars -180 tonnes ou trois Airbus A320- assurée par une pompe industrielle.

"L’AbyssBox (16 litres, 600 kilos d’acier) est dérivé de l’Hypocamp, un caisson prototype qui résiste à 300 bars de pression (3.000 m)", explique Bruce Shillito en soulignant les patients tâtonnements de l’équipe de chercheurs pour adapter et régler le caisson à l’animal.

L’aventure dont Océanopolis, l’UPMC et l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) sont les initiateurs et financeurs (environ 700.000 euros), a débuté en 2009, avec "le rêve un peu fou de présenter en permanence des créatures des grands fonds" à Océanopolis, explique sa directrice scientifique et culturelle Céline Liret.

En juillet 2011, le navire océanographique "Pourquoi pas ?" appareille de Brest pour trois semaines emportant le robot sous-marin ROV (remotely operated vehicle) "Victor 6.000" en direction de Lucky Strike, un volcan sous-marin de dorsale médio-Atlantique des Açores.

"300 crevettes et 11 crabes ont été capturés. En décembre, il n’y avait plus que 50 crevettes survivantes et trois crabes dont un, pas sociable, tuait les autres", explique le responsable de l’aquariologie à Océanopolis Dominique Barthelemy.

"Nous avons une crevette grainée", l’animal porte des oeufs sur son abdomen, une autre mue, le signe qu’elles se plaisent, se félicite-t-il.

En 2005, des scientifiques japonais avaient présenté au public des espèces prélevés à 1.000 mètres de fond, lors d’une exposition temporaire.

Océanopolis présente également les clichés du jeune biologiste marin Laurent Ballesta, 37 ans, qui a réussi à photographier pour la première fois au monde le mystérieux coelacanthe, ce poisson dont le fossile a été découvert en 1938 et qu’on a cru disparu depuis 65 millions d’années avant d’en pêcher un spécimen en 1952.

Les photos du poisson (2 m, 100 kilos) ont été réalisées au cours de 21 plongées à 120 mètres au large du Mozambique en janvier 2010.

"Je l’ai rencontré (le coelacanthe) dès la première plongée", s’émerveille toujours Laurent Ballesta encore en précisant que chaque sortie de 34 minutes nécessitait 5 heures de décompression avant de remonter à la surface.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP