20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > A Lorient, un an après la tempête, ID-Mer reprend le cap !

A Lorient, un an après la tempête, ID-Mer reprend le cap !

Dernière mise à jour le lundi 18 novembre 2013

Article paru
sur le site "OuestFrance entreprises" - 15 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Un peu plus d’an après son redressement judiciaire, ID-Mer va mieux. Nettement mieux, à entendre les dirigeants de l’Institut technique des produits de la mer, réunis en assemblée générale annuelle hier matin. « Nous ne sommes pas à l’équilibre, mais presque », se félicite Jean-Pierre Rivery président du directoire. Satisfaction largement partagée par les élus, dont Loïg Chesnais-Girard, vice-président de la Région Bretagne et président du conseil de surveillance : « ID-Mer est sortie des difficultés. »
Ah les bocaux de thon !

Oublié ou presque, le déficit de 250 000 €. L’outil de production a été remis en conformité grâce au soutien des collectivités publiques : 140 000 € injectés pour moderniser l’équipement dont les porteurs de projet ont besoin pour faire aboutir leurs innovations. « La confiance est revenue », résume Loïg Chesnais-Girard. 400 000 € de nouveaux contrats étaient espérés.

Cette année, ID-Mer (dix-huit salariés) réalisera « un million d’euros » de chiffre d’affaires, selon son directeur, Cédric Breton.

La mise au point des bocaux de thon blanc pour le compte d’un pêcheur de Keroman est un exemple concret de l’accompagnement d’ID-Mer : mettre au point les recettes, tester le marché, développer le produit, le produire et, à terme, laisser le projet vivre sa propre vie industrielle. « Nous sommes un outil pilote », explique Cédric Breton. Les partenariats avec les universités (Rennes 1, UBO, etc.), avec d’autres centres techniques bretons (l’Adria, le Ceva, etc.) ou avec l’Ifremer participent à « la diversification de l’activité ».

Mais ID-Mer n’abandonne pas son terrain de prédilection : la valorisation des coproduits de la pêche. Autrement dit les déchets issus du filetage du poisson. Cartilages, arêtes, peaux ou chairs servent l’industrie pharmaceutique, cosmétique ou l’alimentation animale. ID-Mer vient de mener une étude pour la Sem Lorient Keroman, qui gère le port de pêche : « Keroman fabrique environ 10 000 tonnes de coproduits par an », estime Cédric Breton.

Comment les valoriser encore mieux ? ID-Mer y travaille

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP