15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare
Accueil > Actualités de la mer > A Lorient, un an après la tempête, ID-Mer reprend le cap !

A Lorient, un an après la tempête, ID-Mer reprend le cap !

Dernière mise à jour le lundi 18 novembre 2013

Article paru
sur le site "OuestFrance entreprises" - 15 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Un peu plus d’an après son redressement judiciaire, ID-Mer va mieux. Nettement mieux, à entendre les dirigeants de l’Institut technique des produits de la mer, réunis en assemblée générale annuelle hier matin. « Nous ne sommes pas à l’équilibre, mais presque », se félicite Jean-Pierre Rivery président du directoire. Satisfaction largement partagée par les élus, dont Loïg Chesnais-Girard, vice-président de la Région Bretagne et président du conseil de surveillance : « ID-Mer est sortie des difficultés. »
Ah les bocaux de thon !

Oublié ou presque, le déficit de 250 000 €. L’outil de production a été remis en conformité grâce au soutien des collectivités publiques : 140 000 € injectés pour moderniser l’équipement dont les porteurs de projet ont besoin pour faire aboutir leurs innovations. « La confiance est revenue », résume Loïg Chesnais-Girard. 400 000 € de nouveaux contrats étaient espérés.

Cette année, ID-Mer (dix-huit salariés) réalisera « un million d’euros » de chiffre d’affaires, selon son directeur, Cédric Breton.

La mise au point des bocaux de thon blanc pour le compte d’un pêcheur de Keroman est un exemple concret de l’accompagnement d’ID-Mer : mettre au point les recettes, tester le marché, développer le produit, le produire et, à terme, laisser le projet vivre sa propre vie industrielle. « Nous sommes un outil pilote », explique Cédric Breton. Les partenariats avec les universités (Rennes 1, UBO, etc.), avec d’autres centres techniques bretons (l’Adria, le Ceva, etc.) ou avec l’Ifremer participent à « la diversification de l’activité ».

Mais ID-Mer n’abandonne pas son terrain de prédilection : la valorisation des coproduits de la pêche. Autrement dit les déchets issus du filetage du poisson. Cartilages, arêtes, peaux ou chairs servent l’industrie pharmaceutique, cosmétique ou l’alimentation animale. ID-Mer vient de mener une étude pour la Sem Lorient Keroman, qui gère le port de pêche : « Keroman fabrique environ 10 000 tonnes de coproduits par an », estime Cédric Breton.

Comment les valoriser encore mieux ? ID-Mer y travaille

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP