25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Actualités de la mer > A la recherche du thon rouge de l’Atlantique

A la recherche du thon rouge de l’Atlantique

Dernière mise à jour le mardi 4 juin 2013

Article paru
sur le site "GoodPlanet" - xx Juin 2013
Visualiser l’article original


GLOUCESTER (Etats-Unis) - (AFP) - A Gloucester (nord-est des Etats-Unis), la saison de la pêche au thon rouge de l’Atlantique commence : ici, les pêcheurs professionnels pêchent sans filets cette espèce menacée et n’ont besoin que de lignes, de moulinets, de savoir-faire et de patience.

Cette petite ville de carte postale du Massachusetts, aux belles maisons anciennes, est aussi un port de pêche industrieux d’où partent, le 1er juin, des dizaines de bateaux à la recherche du thon rouge "Thunnus Thynnus", le "roi des poissons" selon les pêcheurs, très prisé par les Japonais pour les sushis.

"L’Atlantic bluefin", un thon énorme qui peut peser jusqu’à 900 kg et mesurer trois mètres de long, était il y a peu menacé d’extinction, pour cause de surpêche.

Aujourd’hui, la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) en distribue les quotas selon les zones —Méditerranée ou Atlantique— et le stock, lentement, se reconstitue, tout en restant fragile.

"Dans cette région, le thon, c’est le roi", dit à l’AFP Dave Marciano, un patron-pêcheur de 47 ans.

"C’est le plus gros et le plus beau des poissons de l’océan, il n’y en a pas de plus beau et de plus rapide", ajoute Dave Carraro, 48 ans, également patron-pêcheur.

Les pêcheurs américains, du Maine au Cape Cod (nord-est), ont droit à 450 tonnes incluses dans les 1.750 tonnes du quota pour l’Atlantique Ouest, contre 13.500 tonnes pour la Méditerranée/Atlantique Est.

Mais dans les eaux froides au large de Gloucester, on pêche avec "une canne, un moulinet, un poisson à la fois. Pas de filets. On fait comme ça ici", insiste M. Carraro, quand en Méditerranée, souligne-t-il, c’est "avec de gros bateaux et de grands filets".

La ville, qui a perdu en mer 10.000 pêcheurs en 350 ans d’existence, a ses lettres de noblesse. Elle est le port d’attache du bateau de "Capitaines Courageux", le roman de Rudyard Kipling, comme de l’histoire vraie racontée par le film "En pleine tempête", avec George Clooney.

La pêche au thon, à la canne et harpon à main, y est tellement spectaculaire qu’une série télévisée, "Pêche à Haut risque. Bataille dans l’Atlantique", lui est consacrée.

Diffusée par la chaîne du National Geographic, ce "docu-réalité" fait un tabac aux Etats-Unis et une troisième saison va commencer à se tourner cet été. En France, elle entame sa deuxième saison le 17 juin.

MM. Carraro et Marciano en sont les vedettes, aux côtés de quatre autres équipages partant à la quête du gros poisson.

Tourner cette émission, "est une bonne façon de montrer au monde que la pêche aux Etats-Unis est une pêche responsable, durable. Le reste du monde devrait nous imiter", affirme M. Carraro.

"On est très stricts aux Etats-Unis. Quand le quota est atteint, les bateaux ne pêchent plus. Ailleurs, la surpêche n’est pas autant surveillée", ajoute son collègue.

Le thon rouge peut rapporter beaucoup d’argent, de cinq à 20 dollars la livre, quelquefois plus si le Japon, le plus gros consommateur au monde, en manque.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP