23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > A la recherche du thon rouge de l’Atlantique

A la recherche du thon rouge de l’Atlantique

Dernière mise à jour le mardi 4 juin 2013

Article paru
sur le site "GoodPlanet" - xx Juin 2013
Visualiser l’article original


GLOUCESTER (Etats-Unis) - (AFP) - A Gloucester (nord-est des Etats-Unis), la saison de la pêche au thon rouge de l’Atlantique commence : ici, les pêcheurs professionnels pêchent sans filets cette espèce menacée et n’ont besoin que de lignes, de moulinets, de savoir-faire et de patience.

Cette petite ville de carte postale du Massachusetts, aux belles maisons anciennes, est aussi un port de pêche industrieux d’où partent, le 1er juin, des dizaines de bateaux à la recherche du thon rouge "Thunnus Thynnus", le "roi des poissons" selon les pêcheurs, très prisé par les Japonais pour les sushis.

"L’Atlantic bluefin", un thon énorme qui peut peser jusqu’à 900 kg et mesurer trois mètres de long, était il y a peu menacé d’extinction, pour cause de surpêche.

Aujourd’hui, la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) en distribue les quotas selon les zones —Méditerranée ou Atlantique— et le stock, lentement, se reconstitue, tout en restant fragile.

"Dans cette région, le thon, c’est le roi", dit à l’AFP Dave Marciano, un patron-pêcheur de 47 ans.

"C’est le plus gros et le plus beau des poissons de l’océan, il n’y en a pas de plus beau et de plus rapide", ajoute Dave Carraro, 48 ans, également patron-pêcheur.

Les pêcheurs américains, du Maine au Cape Cod (nord-est), ont droit à 450 tonnes incluses dans les 1.750 tonnes du quota pour l’Atlantique Ouest, contre 13.500 tonnes pour la Méditerranée/Atlantique Est.

Mais dans les eaux froides au large de Gloucester, on pêche avec "une canne, un moulinet, un poisson à la fois. Pas de filets. On fait comme ça ici", insiste M. Carraro, quand en Méditerranée, souligne-t-il, c’est "avec de gros bateaux et de grands filets".

La ville, qui a perdu en mer 10.000 pêcheurs en 350 ans d’existence, a ses lettres de noblesse. Elle est le port d’attache du bateau de "Capitaines Courageux", le roman de Rudyard Kipling, comme de l’histoire vraie racontée par le film "En pleine tempête", avec George Clooney.

La pêche au thon, à la canne et harpon à main, y est tellement spectaculaire qu’une série télévisée, "Pêche à Haut risque. Bataille dans l’Atlantique", lui est consacrée.

Diffusée par la chaîne du National Geographic, ce "docu-réalité" fait un tabac aux Etats-Unis et une troisième saison va commencer à se tourner cet été. En France, elle entame sa deuxième saison le 17 juin.

MM. Carraro et Marciano en sont les vedettes, aux côtés de quatre autres équipages partant à la quête du gros poisson.

Tourner cette émission, "est une bonne façon de montrer au monde que la pêche aux Etats-Unis est une pêche responsable, durable. Le reste du monde devrait nous imiter", affirme M. Carraro.

"On est très stricts aux Etats-Unis. Quand le quota est atteint, les bateaux ne pêchent plus. Ailleurs, la surpêche n’est pas autant surveillée", ajoute son collègue.

Le thon rouge peut rapporter beaucoup d’argent, de cinq à 20 dollars la livre, quelquefois plus si le Japon, le plus gros consommateur au monde, en manque.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP