20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Abeilles : les épandages de pesticides interdits pendant la journée

Abeilles : les épandages de pesticides interdits pendant la journée

Dernière mise à jour le samedi 3 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 29 avril 2014
Visualiser l’article original



Le ministre de l’Agriculture veut limiter la forte mortalité des insectes pollinisateurs.

En matière d’abeilles, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a pris le dossier à bras-le-corps, lui qui symboliquement a installé cet hiver quatre ruches dans le jardin de son ministère. Il vient encore de le prouver ce lundi lors d’un point d’étape sur le plan de développement durable de l’apiculture, le premier en la matière, qu’il a mis en place en 2013 pour une durée de trois ans.

En période de floraison des cultures, potentiellement de mars à octobre, les agriculteurs ne pourront utiliser des traitements contre les insectes qu’après le coucher du soleil. Une décision que Stéphane Le Foll a prise après avoir pris connaissance des conclusions d’une étude de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) sur les épandages de pesticides. Ce travail « conclut de manière claire que les abeilles sont sensibles à la lumière ; il va falloir qu’on modifie les pratiques d’épandage vers des épandages le soir », quand les abeilles ne butinent plus, affirme-t-il.

Même avant le lever du soleil, ces traitements, jusqu’ici autorisés uniquement dans la mesure où ils comportent la « mention abeille », représentent un danger selon l’Anses. « Ils laissent des traces de pesticides dans l’eau, dans la rosée, qui peuvent perturber les abeilles », indique l’agence. L’enjeu est de taille car la France figure au premier rang européen pour la mortalité de cet insecte indispensable à la pollinisation des fleurs. « L’Anses a noté une perte de 13% des colonies d’abeilles d’avril à septembre en France, indique Axel Decourtye, directeur scientifique et technique de l’Itsap (Institut de l’abeille). Cet insecte est essentiel pour l’alimentation humaine, qui dépend pour un tiers d’une pollinisation par les insectes. »

Concrètement, il faudra attendre un peu pour que cette décision soit applicable. « Un arrêté interministériel d’interdiction des épandages en journée est en cours de rédaction et doit être publié au Journal officiel d’ici trois à quatre mois », précise un responsable de la protection des végétaux à la Direction générale de l’alimentation au ministère de l’Agriculture.
Rémanence des produits sur les végétaux

Une bonne nouvelle pour les associations de défense des abeilles. « À l’exception des abeilles sauvages nidifiant dans le sol, l’absence de luminosité représente en effet la seule garantie permettant de s’assurer de l’absence de butineuses dans les cultures, explique Axel Decourtye. La rémanence des produits sur les végétaux implique également de proscrire leur application en fin de nuit ou à l’aube. »

En revanche, les industriels des produits phytosanitaires sont sceptiques. « Nous n’avons pas été consultés par rapport à cette décision que nous apprenons par les médias

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP