20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Accueil Vie quotidienne Environnement Une petite mouche pour venir (...)

Accueil Vie quotidienne Environnement Une petite mouche pour venir à bout du frelon asiatique

Dernière mise à jour le lundi 14 juillet 2014

Article paru
sur le site "FRance-Info" - 12 Juillet 2014
Visualiser l’article original

— -


Bête noire des apiculteurs, le frelon asiatique aurait trouvé plus fort que lui. Des chercheurs du CNRS de Tours viennent d’identifier un parasite capable de venir à bout de l’incroyable prédateur.

Importé dans des poteries de Chine en 2004, le frelon asiatique a connu une expansion extrêmement rapide sur le sol français puisqu’il n’y avait aucun prédateur en arrivant. Il est d’ailleurs aujourd’hui présent sur plus 70% du territoire, au grand dam des autres insectes et notamment des abeilles domestiques qu’ils tuent en leur coupant la tête.

Mais le frelon asiatique, également surnommé le vespa velutina, aurait trouvé plus fort que lui. En étudiant certaines colonies du prédateur, les scientifiques de l’Université de Tours ont constaté, l’an dernier, la mort suspecte de certaines reines. Les fondatrices auraient été tuées par un conopidae, sorte de petite mouche parasite.
La mouche mange les organes intérieurs de son hôte

"La mouche pond son œuf sur le corps de son hôte, l’œuf écolos et donne naissance à une larve qui tue l’hôte en lui mangeant les organes intérieurs", explique Eric Darrouzet chercheur à l’Université de Tours. Pour l’universitaire une "lutte biologique" peut être envisagée si l’on s’aperçoit que le parasitoïde "préfère pondre sur les frelons asiatiques".

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP