10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Alerte aux tsunamis, secours : les robots voiliers ne sont pas des jouets (...)

Alerte aux tsunamis, secours : les robots voiliers ne sont pas des jouets !

Dernière mise à jour le lundi 9 septembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 08 septembre 2013
Visualiser l’article original


Alerte aux tsunamis, secours aux personnes, cartographie des océans, aide à la navigation : les voiliers autonomes déployés cette semaine à Brest pour la 6e coupe du monde de robots voiliers pourraient avoir de nombreuses applications dans le futur.

"On pourrait imaginer pour ces voiliers des mesures océanographiques, de la surveillance de ports et de pollution, des relevés météorologiques, des opérations de secours, des alertes aux tsunamis, ainsi qu’une utilisation auprès des personnes à mobilité réduite", énumère Fabrice Le Bars, enseignant-chercheur à l’ENSTA Bretagne, école d’ingénieurs et centre de recherche à Brest chargé cette année de l’organisation de cette compétition insolite.

En retard par rapport à la demande
Un Mini JI, réplique en miniature des voiliers de la Coupe América, spécialement adapté aux personnes handicapées, vogue tranquillement dans la rade de Brest. Le petit quillard de sport est doté de deux systèmes électroniques et d’une batterie qui lui permettent, une fois programmé, de naviguer seul, sans assistance et en toute autonomie. "L’idée est de pouvoir manipuler le bateau comme on manipule un fauteuil roulant", explique Weber Bernt de l’association Handivoile de Brest.

Encore au stade de prototype, le bateau pourrait ainsi être doté d’un levier depuis lequel on actionnerait la barre et déciderait de l’angle de la voile. "J’ai l’impression qu’on ne va pas assez vite par rapport à la demande de ce type de bateaux", assure Bernard Prouveur, lui aussi de l’association brestoise, qui a collaboré avec l’ENSTA Bretagne à la mise au point du navire.

Chasse aux algues toxiques
Un peu plus loin, le drone à voile de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) et de l’ENSTA tire lui aussi des bords (louvoie), sans aucune intervention humaine, et en toute autonomie. Vaimos (voilier autonome instrumenté de mesures océanographiques de surface), 4 m de long, a déjà été utilisé pour des prélèvements océanographiques. Il est notamment précieux lors de relevés à faible profondeur.

"Nos gros bateaux de recherche perturbent la surface de l’eau et faussent les mesures", explique Patrick Rousseau, ingénieur à l’Ifremer et concepteur du voilier. Prochaine mission probable pour le petit voilier à la coque blanche : surveiller la naissance d’algues toxiques au large des côtes bretonnes afin de prévenir les ostréiculteurs de leur arrivée imminente, mais aussi les pouvoirs publics pour qu’ils puissent interdire la pêche à pied avant leur arrivée.

Encore des preuves à faire
Le Minty 2 est un bateau à moteur —depuis cette année la compétition est également ouverte à ce type de navires— de 2m50 doté d’un puissant sonar et dont la coque a été renforcée. Il est destiné à s’approcher au plus près des glaciers afin d’en mesurer la fonte. "C’est dangereux de s’approcher des glaciers, il vaux mieux envoyer un robot", assure Colin Sauze de l’Université britannique Aberystwyth, qui a envoyé deux équipes à Brest.

"Le technologie de ces bateaux doit encore être développée et faire ses preuves", estime cependant Jorge Cabrera Gamez de l’Université espagnole Las Palmas de Grand Canarias, dont le petit voilier d’un mètre se fait dangereusement secouer par les vaguelettes.

La compétition a réuni pendant quatre jours universitaires, scientifiques et industriels du monde entier. Sept équipes, venant de France, mais aussi du Portugal, d’Espagne, de Grande-Bretagne et d’Allemagne y ont participé. Chaque bateau a dû effectuer de manière autonome une douzaine d’épreuves, allant de l’évitement d’obstacles, à la tenue de route, en passant par le remorquage ou l’épreuve de vitesse. Ainsi, les robots ont dû parcourir le plus vite possible une distance de 400 m ou encore faire un quadrillage d’une zone de 500 m de côté, tout en effectuant des mesures océanographiques.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP