20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Algues, la nouvelle vague ? (entretien original)

Algues, la nouvelle vague ? (entretien original)

Dernière mise à jour le mercredi 8 février 2012

Article paru sur le site "Agrobiosciences" - Lundi 06 Février 2012
Visualiser l’article original



Algues, la nouvelle vague ? (entretien original)

Une interview de Jean-Paul Simier, directeur des filières alimentaires à l’Agence économique de Bretagne

On parle beaucoup des algues comme d’une ressource végétale prometteuse, mais on a l’impression que leur culture ne décolle pas vraiment en France. Les choses seraient-elles en train de changer, en Bretagne du moins ? Pourra-t-on enfin parler des algues en Bretagne sans qu’elles soient systématiquement associées à la pollution et à la mort de la faune sauvage ?
Récemment, le journal Le Télégramme posait la question « Le malheur des huîtres fera-t-il le bonheur des algues ? »
Réponses avec Jean-Paul Simier, Directeur Filières Alimentaires (Bretagne Développement Innovation) qui travaille sur le programme BreizAlg, porté justement par un groupe d’ostréiculteurs.
Cette interview a été réalisée en janvier 2012, dans le cadre de l’émission radiophonique mensuelle de la Mission Agrobiosciences, consacrée aux défis de la pêche et de l’aquaculture.

Algues, la nouvelle vague
Une interview de Jean-Paul Simier, directeur des filières alimentaires à l’Agence économique de Bretagne, par Sylvie Berthier, Mission Agrobiosciences.

Sylvie Berthier : Vous travaillez actuellement sur le projet BreizhAlg. Quels en sont les objectifs ?
Jean-Paul Simier : Ce projet vise à développer une filière structurée de production d’algues, essentiellement destinées à l’alimentation humaine (elongata ou haricot de la mer, Palmaria palmata ou dulse, Porphyra pour les shusis, Ulva…). Elle associera tous les métiers qui composent la chaîne de production, des algoculteurs aux transformateurs agroalimentaires, en passant par les professionnels du conditionnement et du séchage des algues.
A l’échelle mondiale, la production d’algues s’évalue à prés de 16 millions de tonnes par an et est concentrée essentiellement en Asie, à 95%, sachant que ces algues sont issues, à plus de 90%, de l’aquaculture et non de la cueillette.
L’Europe, elle, n’est productrice qu’à hauteur de 500 mille tonnes et la France, qui voit sa production effectuée majoritairement en Bretagne, plafonne à 60 mille tonnes.
En terme de chiffre d’affaire, l’algue alimentaire représente prés de 5 milliards d’euros dans le monde et seulement 10 millions d’euros en France. Cependant, notre pays dispose d’un potentiel très fort puisque les zones de production asiatiques, saturées et hyper-polluées, tendent à atteindre leurs limites alors que, parallèlement, la demande alimentaire continue de croître. Comme vous le savez, la FAO dit qu’il faudra augmenter la production alimentaire de 70% en 2050. Sachant que la Terre est couverte à plus de 70% de mers et d’océans, et les terres arables vont sans doute manquer, l’algue porte une promesse importante pour les ressources alimentaires du futur.

Quelles sont les qualités nutritionnelles de ces produits ?
Les algues sont des végétaux marins. Elles rejoignent donc la tendance actuelle de consommation alimentaire des végétaux. Par ailleurs, elles sont riches en Omégas3 et en iode.

On parle beaucoup des algues à destination de la production de biocarburants. Est-ce un volet de votre projet ?
Non pas du tout. Il faut différencier les macro-algues, visibles à l’œil nu et destinées à la confection de produits alimentaires, des micro-algues, microscopiques comme leur nom l’indique, utilisées à moyen terme pour la production de biocarburants. Le projet BreizhAlg est tourné uniquement vers l’exploitation des macro-algues, pour l’alimentation humaine.

Quelles sont ces macro-algues ? On parle de wakamé…
Entre autres. Aujourd’hui, la législation européenne autorise la consommation alimentaire de seize espèces d’algues en Europe. Ces algues, que l’on retrouve dans nos océans européens, sont les macro-algues brunes (le goémon, l’haricot de mer, le wakamé), les macro-algues rouges dont Porphyra, pour la préparation des sushis, mais aussi en tartare, en accompagnement d’omelettes) et les algues vertes, ramassées en Asie en vue d’être cuisinées, sous le nom de « laitue de mer ».

Ce sont celles qui ont tué les sangliers. Elles sont donc comestibles ?
Oui tout à fait ! Ces algues vertes ne sont dangereuses que lorsqu’elles sont en décomposition.

Quelles sont vos attentes quant au développement économique de la Bretagne ?
La Bretagne est actuellement la seule région de production d’algues en France. Nous avons une ancienne tradition dans le ramassage et la production d’algues. Depuis des siècles, les Bretons les ramassent et les font sécher sur le littoral. L’utilisation des algues est ancienne et multiple : engrais, combustibles, pain de soude pour fabriquer le verre à la cour de Louis XIV, teinture…
Près de Brest, nous avons encore aujourd’hui quarante navires goémoniers, qui collectent des algues. Des Bretons ramassent ces végétaux marins, pour l’alimentation…
De plus, bien que notre production conchylicole soit en crise du fait de la mort des naissains d’huîtres, nous disposons potentiellement de plusieurs milliers d’hectares de concession conchylicole, qui peuvent être exploitées aussi pour produire des algues. Déjà, une trentaine d’hectares et une vingtaine de producteurs sont lancés et j’espère que, dans un an, ces chiffres auront doublé.

Emission de janvier 2012 de "ça ne mange pas de pain !". Pour que la mer monte... Les défis de la pêche et de l’aquaculture



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP