21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Algues vertes. Elles n’ont plus leur place sur le sable de Guissény

Algues vertes. Elles n’ont plus leur place sur le sable de Guissény

Dernière mise à jour le jeudi 23 octobre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 16 octobre 2014
Visualiser l’article original



Ces dernières semaines, la commune de Guissény a expérimenté un nouveau mode de collecte des algues vertes, en allant les récupérer directement dans l’eau.
Entre le 11 août et le 30 septembre, les promeneurs ont pu apercevoir une drôle de machine agricole, reconvertie en ramasseuse d’algues et qui se déplace à l’aide de chenilles.
La maire, Raphaël Rapin, explique : « L’idée est d’éviter l’échouage et d’évacuer les algues au plus vite. L’épandage par les agriculteurs est une autre solution que la commune utilise, c’est de la gestion de déchets ? car cela reste des déchets ? mais on est dans un des champs de valorisation de ceux-ci ».
340 tonnes ramassées Agrival, filiale de la Sica de Saint-Pol-de-Léon, assure la fonction de maître d’ouvrage. Elle a bénéficié d’autorisations de la préfecture afin de pouvoir circuler sur le domaine maritime.
François Galissot, chargé de mission pour Agrival, est venu faire un premier bilan de cette expérimentation à Guissény, le jeudi 9 octobre. « Les algues ramassées sont acheminées dans la journée sur le site très sécurisé de Plouénan. La stabilité des produits est garantie durant 24 à 36 heures. Il n’y a plus de risque de contamination bactérienne ni de présence d’éléments soufrés.
Le maître mot est réactivité. Les chantiers sont à flux tendus ». En effet, lorsque les agents techniques de la commune remarquent la présence de nombreuses algues, il faut pouvoir réagir rapidement, prévenir le chauffeur et acheminer l’engin, garé dans les locaux des services techniques. Les algues sont ensuite valorisées en produits de nutrition pour les animaux, en cosmétique, etc. Un ramassage facilité François Galissot précise également que le ramassage effectué dans l’eau est plus facile que sur le sable, celui-ci étant ainsi collecté en faible quantité.
Tout le monde y trouve donc son compte, comme Nicolas Loncle, chargé de mission pour Natura 2000, qui dénonce l’échouage, responsable de la dégradation des plages. « Nous sommes favorables à tout ce qui peut empêcher cette dégradation. Les chenilles n’abîment pas les coquillages.....

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP