23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé

Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé

Dernière mise à jour le mercredi 8 août 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 07 Août 2018
Visualiser l’article original


La consommation d’algues, de plus en plus répandue, comporte des risques, notamment en cas d’excès d’iode, pouvant entraîner des effets indésirables pour le cœur et les reins. C’est l’avertissement lancé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation.

Fraîches, séchées ou en complément alimentaire, les algues s’invitent de plus en plus souvent dans notre assiette. Mais gare au risque d’excès d’apports en iode, avertit l’agence de sécurité sanitaire Anses. Un apport excessif et régulier en iode peut entraîner des dysfonctionnements de la thyroïde, mais également certains effets indésirables, notamment pour le cœur ou les reins, souligne l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, dans un avis sur la question publié mardi.

Elle déconseille donc la consommation d’aliments et de compléments alimentaires contenant des algues aux personnes présentant un dérèglement de la thyroïde, une maladie cardiaque (troubles du rythme cardiaque) ou une insuffisance rénale. La consommation est également déconseillée aux personnes traitées avec un médicament contenant de l’iode ou du lithium (prescrit en psychiatrie), ainsi qu’aux femmes enceintes ou allaitantes, hors avis médical. Les parents doivent rester « prudents sur la consommation de produits à base d’algues de leurs enfants, les données étant insuffisantes pour mesurer le risque encouru », ajoute l’agence sanitaire.

Les compléments alimentaires épinglés

En outre, prendre des produits aux algues pour corriger une déficience en iode est une mauvaise idée, rappelle l’agence. La teneur en iode dans les différents produits à base d’algues pouvant être élevée, leur consommation présente un « risque non négligeable de dépassement des limites supérieures de sécurité » (600 microgrammes par jour pour l’adulte), surtout pour ceux qui consomment des algues et des compléments alimentaires à base d’algues. Ces derniers se retrouvent dans les gammes « transit » et « minceur », qui représentent près du quart des ventes de compléments alimentaires en France en 2016.

La teneur en iode peut varier selon les conditions de production des algues, le procédé de transformation des ingrédients ou des aliments, ou le type de préparation (poudre, extrait) utilisé dans les compléments alimentaires. Le marché des produits à base d’algues est en constante progression, et l’offre de plus en plus variée (conserve, tartares, condiments, tisanes, biscuits, boissons…).

150 microgrammes par jour maximum
Lire l’Article complet sur...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP