18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche5 avril : Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion
Accueil > Actualités de la mer > Anchois. Mouvement d’humeur au port de pêche de Lorient

Anchois. Mouvement d’humeur au port de pêche de Lorient

Dernière mise à jour le samedi 28 septembre 2013

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 25 septembre 2013
Visualiser l’article original


Ouest-France / Bretagne / Lamballe / Au fil de l’info
La Turballe
Anchois. Mouvement d’humeur au port de pêche de Lorient
Économie mercredi 25 septembre 2013

Thierry Flahat, patron du P’tit-Jul II, a déjà pêché son quota de 35 t d’anchois.

Thierry Flahat, patron du P’tit-Jul II, a déjà pêché son quota de 35 t d’anchois.

Ouest-France

Pas d’anchois hier midi sur les quais du port de pêche de Lorient (Morbihan). Pour protester contre la faiblesse des quotas de pêche et leur répartition, les onze navires lorientais sont revenus les filets vides.

Interdit de vente

« J’étais en mer quand j’ai appris que Pêcheurs de Bretagne m’avait interdit de vente parce que j’avais atteint mes quotas » raconte Thierry Flahat, patron du P’tit-Jul II. « J’ai appelé les collègues et tout le monde est rentré au port par solidarité sans avoir pêché d’anchois »

Quotas atteints

Cette année, les quotas de pêche d’anchois sont en baisse. L’organisation de producteurs Pêcheurs de Bretagne, regroupant les professionnels de Lorient et La Turballe (Loire Atlantique) est autorisée à pêcher 2 407 t d’anchois contre 2 767 t l’an dernier.

À Lorient, pour les 11 navires concernés, les quotas varient de 26 t à 55 t. Le P’tit-Jul II pouvait par exemple pêcher 35 tonnes d’anchois cette saison.

« Les quotas par bateaux sont déterminés à la tête du client », se plaint Thierry Flahat. « On voudrait que cela soit pour tout le monde pareil. »

Pas de marge de manœuvre

L’organisation de producteurs Pêcheurs de Bretagne avoue son impuissance. « En temps de pénurie, il n’y en a jamais assez pour tout le monde », déclare Yves Foezon, le directeur adjoint. « Si on avait de la marge avec les quotas, on pourrait s’adapter mais ce n’est pas le cas. »

De son côté, le comité départemental des pêcheurs du Morbihan demande de revoir les quotas à la hausse pour qu’ils soient « en adéquation avec une ressource abondante ».

Une position que ne partage pas complètement l’Ifremer : « Cette année, la biomasse est importante, mais moins que l’an passé. Le total admissible de capture est donc un peu moins élevé qu’en 2012. »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP