26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Anilocre (crustacé)

Anilocre (crustacé)

Anilocra, parasite du poisson marin

Dernière mise à jour le samedi 26 août 2017

Petit crustacé isopode, rencontré en compagnie d’un poisson.



Anilocre

Anilocre dorsale MLM
Anilocre ventrale MLM
France
anilocre, pou de poisson
Royaume-Uni
fish-flea
Allemagne
fischassel
Italie
-
Espagne
piojo de mar

- le spécimen photographié a été trouvé accroché sur la tête d’un poisson (en l’occurence une vieille) dans une mare des Côtes d’Armor en août 2017, il doit s’agir d’un "Anilocra frontalis".

- ce petit crustacé (de 0,5 cm à 5 cm - ci-dessus taille réelle 3,5 cm) vit le plus souvent accroché sur la tête d’un poisson dont il tire sa subsistance ; on le trouve la plupart du temps par paire, mais pas nécessairement.

- il est constitué d’une tête, d’un thorax et d’un abdomen, de 7 paires de pattes munies de crochets de fixation qu’il enfonce dans la chair du poisson hôte dont il mange le sang et le mucus, voire la peau.

- le poisson peut mourir suite à ces prélèvements, mais il arrive assez souvent à se débarrasser de ces intrus en se frottant vigoureusement sur des rochers, cette manœuvre lui permettant de décrocher les anilocres qui nagent vivement pour se fixer à nouveau sur un autre poisson.

- cependant, à l’état jeune principalement, l’anilocre vit aussi d’algues et de petits animaux dans l’eau de mer, sur des fonds sableux ou vaseux, dans l’estran, mais aussi dans les profondeurs !

- la femelle est nettement plus grosse que le mâle.

L’anilocre vivrait environ 2 ans, mais il apparait que certains pourraient vivre jusqu’à 9 ans accrochés à leur hôte notamment sur des poissons d’élevage.

Il y aurait 4500 espèces de crustacés isopodes dans le monde !
On les trouve en Manche dans l’Atlantique et en Méditerranée.


Bibliographie :

Crustacés de nos côtes Atlantique, Manche, Méditerranée
Éditions Le Télégramme
Sophie Rozen-Faou et André Rozen

LAMARE Véronique, MARAN Vincent, TRILLES Jean-Paul, NOËL Pierre in : DORIS, 23/05/2017 : Anilocra Leach, 1818, http://doris.ffessm.fr/ref/specie/166



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP