23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Antifouling. Douarnenez teste les alternatives

Antifouling. Douarnenez teste les alternatives

Dernière mise à jour le lundi 4 avril 2016

Article paru
sur le site "LeTélégramme" - 22 Mars 2016
Visualiser l’article original


Pour promouvoir l’éconavigation, Nautisme en Finistère teste dans le Parc marin d’Iroise des alternatives aux antifouling classiques sur une vingtaine de navires.
Ultrasons, bâche plastique contre la photosynthèse, film adhésif repoussant les micro-organismes... L’expérimentation est variée !
Exemple à Douarnenez. L’Altaïr, l’un des trois voiliers du Winches-club de Douarnenez, est depuis vendredi dernier équipé de deux appareils électroniques discrets.
Un boîtier de commande transmet diverses pulsations ultrasoniques vers un récepteur qui, à son tour, émet une série d’ondes sonores sur la coque. Ces ondes font vibrer l’ensemble de la surface de la carène, créant une couche qui empêche bactéries, algues et autres petits crustacés de venir s’y accrocher...
Antifouling tous les trois ans
Le système n’est pas récent, mais grâce aux progrès il consomme aujourd’hui très peu d’électricité (cinq watts).
Pour l’association, cela vaut le coût d’être essayé. « Cela doit permettre d’appliquer de l’antifouling tous les trois ans seulement, ce qui est intéressant au niveau du coût (250 € par an)

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP