27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité
Accueil > Actualités de la mer > Antifouling. Douarnenez teste les alternatives

Antifouling. Douarnenez teste les alternatives

Dernière mise à jour le lundi 4 avril 2016

Article paru
sur le site "LeTélégramme" - 22 Mars 2016
Visualiser l’article original


Pour promouvoir l’éconavigation, Nautisme en Finistère teste dans le Parc marin d’Iroise des alternatives aux antifouling classiques sur une vingtaine de navires.
Ultrasons, bâche plastique contre la photosynthèse, film adhésif repoussant les micro-organismes... L’expérimentation est variée !
Exemple à Douarnenez. L’Altaïr, l’un des trois voiliers du Winches-club de Douarnenez, est depuis vendredi dernier équipé de deux appareils électroniques discrets.
Un boîtier de commande transmet diverses pulsations ultrasoniques vers un récepteur qui, à son tour, émet une série d’ondes sonores sur la coque. Ces ondes font vibrer l’ensemble de la surface de la carène, créant une couche qui empêche bactéries, algues et autres petits crustacés de venir s’y accrocher...
Antifouling tous les trois ans
Le système n’est pas récent, mais grâce aux progrès il consomme aujourd’hui très peu d’électricité (cinq watts).
Pour l’association, cela vaut le coût d’être essayé. « Cela doit permettre d’appliquer de l’antifouling tous les trois ans seulement, ce qui est intéressant au niveau du coût (250 € par an)

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP