23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Antifouling. Le film adhésif pousse

Antifouling. Le film adhésif pousse

Dernière mise à jour le jeudi 23 juin 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 08 Juin 2016
Visualiser l’article original


La révolution de l’antifouling est en marche. La guerre aux peintures antifouling classiques est déclarée. La législation, qui réduit inexorablement la composition chimique de ces peintures, en diminue également progressivement leur efficacité. Les films plastique non biocides ont un boulevard devant eux !
Deux sociétés pionnières

Même si elles ont progressé en termes de conséquences sur l’environnement, les peintures antifouling conventionnelles restent toujours impactantes pour la nature et les personnes qui les appliquent.
Afin de contourner ces inconvénients, plusieurs sociétés tablent sur le film déjà imprégné de peinture silicone. Fini le décapage et l’application annuelle. La pose du film, par un applicateur spécialisé ou après une formation adéquate, est donnée pour au moins cinq années.
L’état de surface doit être excellent, les anciennes couches doivent être parfaitement décapées.
Parmi les toutes premières sociétés à se lancer, Uniflow a équipé une quarantaine de bateaux depuis cinq ans. Basé à Roscoff, Éric Lecouvette est convaincu par le procédé. « Les peintures antifouling pourraient être interdites en France autour de 2020. Et ce n’est pas un hasard si Uniflow a investi près de 2 M€ dans cette solution

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP