21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses

Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses

Dernière mise à jour le vendredi 15 juin 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 09 Juin 2018
Visualiser l’article original


Les sargasses, ces algues brunes aux émanations toxiques, envahissent le littoral antillais, avec un impact sur le tourisme et le quotidien des riverains : Nicolas Hulot et Annick Girardin se rendent ce dimanche aux Antilles pour présenter un « plan national de lutte » contre cette « calamité ».

Depuis février, ces algues brunes, dont l’origine reste incertaine, arrivent en masse sur les côtes de Guadeloupe, Martinique, Saint-Martin, et même de Guyane. Elles s’amoncellent sur les rivages, salissent plages et ports, bloquent parfois l’accès des bateaux, mais surtout dégagent, en séchant, de l’hydrogène sulfuré et de l’ammoniac, qui peuvent provoquer maux de tête, nausées et vomissements.

Ce n’est pas la première fois que ces algues envahissent le littoral antillais depuis leur apparition massive, en 2011. Mais le phénomène n’a « jamais été aussi important que cette année », souligne la ministre des Outre-mer, Annick Girardin.

En Martinique, de nombreuses communes de la façade atlantique sont affectées, comme la ville du Robert, ainsi que les communes du sud de la côte caraïbe. Depuis le 27 avril, 7 750 tonnes de sargasses ont été ramassées dans l’île, selon la préfecture. En Guadeloupe, les communes du Gosier, Sainte-Anne, Saint-François et surtout Petit-Bourg ont été particulièrement touchées, impactant là encore vie quotidienne et économie touristique.

Gaz toxiques

Partout, sur des kilomètres de rivages, des algues brunâtres empoisonnent l’air, entraînant des interdictions de baignades sur de nombreuses plages, mais aussi des fermetures de classes, comme au Robert ou, plus récemment, à Petit-Bourg, où le maire a pris un arrêté de fermeture préventive après que l’Agence régionale de santé a relevé « un taux d’émanation de gaz dû à la dégradation des algues sargasses atteignant les 6 ppm (partie par million, NDLR) ». Jusqu’à 5 ppm, l’ARS déconseille aux personnes fragiles (femmes enceintes, bébés, personnes âgées ou asthmatiques…) de rester à proximité des émanations. Au-delà, seuls « les professionnels équipés de moyens de mesures avec alarmes » peuvent approcher de la zone.

Début mai, l’État a annoncé une rallonge des crédits, pour atteindre 3 millions d’euros, destinés à l’acquisition de machines de ramassage et d’équipements de protection individuels pour les équipes sur le terrain. L’objectif étant de collecter rapidement les algues après leur échouage, avant qu’elles ne dégagent leurs gaz toxiques. Pour cela, sont notamment mobilisés des agents de la sécurité civile, ainsi que les régiments de service militaire adapté (RSMA).

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/france/antilles-un-plan-de-lutte-contre-les-sargasses-09-06-2018-11988317.php#wtlZ87geZwdI2vq9.99
Lire l’Article complet sur...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP