21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Après la Bretagne, les algues vertes débarquent en Normandie

Après la Bretagne, les algues vertes débarquent en Normandie

Dernière mise à jour le jeudi 24 juillet 2014

Article paru
sur le site "Le Monde Planète" - 23 juillet 2014
Visualiser l’article original



A l’aube, Serge Bigot, maire de Grandcamp-Maisy, petite station balnéaire du Calvados (1 700 habitants l’année, le double l’été), a été réveillé par l’appel téléphonique d’un employé municipal. La marée avait déposé sur la plage un nouvel arrivage d’algues vertes. Il fallait ramasser sans tarder. Comme la veille, l’avant-veille, le jour d’avant et ceux d’avant encore.

Lire : Algues vertes : après la mort d’un cheval en 2009, la responsabilité de l’Etat reconnue

Dès 7 heures, le goémonier – l’engin qui ramasse les algues –, le tractopelle et le camion-benne sont entrés en action, raclant le sable sur plus d’un kilomètre, entre l’école de voile et le terrain de camping, et pelletant sans relâche le tapis spongieux de laitue de mer, comme on appelle ici ces ulves vert tendre tachées de brun et de rouge. Midi n’a pas sonné au clocher que, déjà, huit pleines bennes ont été chargées – près de 150 tonnes bon poids. Et le nettoyage est loin d’être terminé.

« Quand le vent souffle du nord-est, c’est mauvais », soupire Laurent Fossard, agent communal au service des espaces verts, qui reste dans son élément. Depuis la pointe du Hoc, les algues viennent s’échouer en bancs épais dans cette baie nichée entre les plages du Débarquement, Utah Beach à gauche, Omaha Beach à droite. Ce matin, à mer basse, elles s’y déploient à perte de vue. Ici comme ailleurs, les responsables sont connus : les nitrates.

« CA NE JOUE PAS SUR LA FRÉQUENTATION »
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP