25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > La Mer (Métiers / Loisirs) > Métiers de la mer > Aquaculture - Cérastoculture (coques)

Aquaculture - Cérastoculture (coques)

Dernière mise à jour le vendredi 16 août 2013



La Cerastoculture est rarement un métier à part entière.

La cérastoculture est le plus souvent liée à la conchyliculture.

La ponte a lieu uniquement en milieu naturel en juin ou juillet.

En France, jusqu’à présent, on ne sait pas encore obtenir des naissains de coques (crastoderma edule).
- toutefois, certains "éleveurs" ont le droit de prélever (sous certaines conditions) des coques juvéniles en milieu naturel , lorsque leur diamètre atteint environ 10 mm.
- ils élèvent ensuite ces bébés coques durant 2 à 3 ans dans des sortes de lagunages d’eau de mer ou directement en ensemencement de grandes étendues de sable, notamment dans le traict du Croisic (44).

- la coque est un coquillage fouisseur et filtreur.
- il aime particulièrement les zones d’estuaires et de balancement des marées.
- le moyen de défense de la coque est son enfouissement extrêmement rapide dans le sable....
- les coques sont très sensibles aux pollutions et notamment à celles d’hydrocarbures qui tuent les juvéniles, mais peuvent également subir des mortalités estivales importantes dues aux conditions climatiques.
- la durée de vie des coques est de 3 à 4 ans et quelquefois même de 10 ans.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP