13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Arctique : quel avenir pour l’exploration pétrolière ?

Arctique : quel avenir pour l’exploration pétrolière ?

Dernière mise à jour le mercredi 20 février 2013

Article paru sur le site "Le Point"
- 14 février 2013
Visualiser l’article original


Ce n’est vraisemblablement pas encore cette année que le pétrole va jaillir des eaux de l’Arctique. Royal Dutch Shell, la première compagnie à se lancer dans la prospection offshore dans le Grand Nord, a annoncé qu’elle rapatriait en Asie ses deux navires de forage pour subir des réparations, ce qui compromet les opérations d’exploration prévues cet été au nord de l’Alaska. Ce n’est que le dernier déboire d’une longue série pour le géant pétrolier. Cela fait sept ans que Shell se prépare à forer dans cet eldorado pétrolier, situé sous les mers de Beaufort et de Tchouktches, qui recèlerait des centaines de millions de barils de pétrole et de gaz. Cet énorme gisement, un des plus gros encore inexploités de la planète, était jusqu’à il y a peu inaccessible à cause de la banquise. Or ces dernières années, avec le réchauffement climatique et la fonte des glaces, l’océan Arctique devient de plus en plus navigable.

Mais Shell a accumulé les problèmes : actions en justice, défaillances techniques, retards de procédure... En 2010, alors que Shell a enfin le feu vert des autorités, la Maison-Blanche décrète un moratoire sur la prospection après la catastrophe de BP dans le golfe du Mexique. Un an plus tard, il lui faut revoir ses plateformes, jugées trop polluantes par l’agence de protection pour l’environnement. Surtout, la compagnie pétrolière doit faire face à une résistance farouche des écologistes, qui ont intenté de multiples procès pour bloquer les forages hautement risqués, selon eux. Ils estiment que l’Arctique est un écosystème très fragile et qu’en cas de marée noire la région serait inaccessible aux opérations de secours. Le naufrage de l’Exxon Valdez, qui a ravagé le sud de l’Alaska en 1989, hante encore les mémoires.
[Lire l’article complet ...->http://www.lepoint.fr/monde/arctique-quel-avenir-pour-l-exploration-petroliere-14-02-2013-1627305_24.php


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP