13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Au Havre, l’éolien offshore va doper l’économie locale

Au Havre, l’éolien offshore va doper l’économie locale

Dernière mise à jour le vendredi 20 décembre 2013

Article paru
sur le site "Paris Normandie" - 18 Décembre 2013
Visualiser l’article original



Si Areva prévoyait déjà d’installer ses usines d’éoliennes offshore sur le port du Havre, l’annonce d’une turbine de 8 MW pour équiper les fermes du Tréport et de l’île de Noirmoutier en a réjoui plus d’un en Haute-Normandie. «  Le consortium GDF-Suez a retenu un modèle nouveau et innovant, commente Gérard Mercher, directeur général du Havre Développement. Si ce consortium est reçu, cela permettrait qu’au Havre soit construite la première éolienne de très grande puissance sur le territoire français. Ce serait une excellente chose. C’est un modèle innovant qui a un avenir à l’exportation  ». Réponse attendue au printemps.
Pour le moment, le projet d’installation des usines d’Areva au Havre suit son cours. Des structures et les associations présentes doivent encore libérer le site. «  Nous sommes à la fin du travail entamé depuis plusieurs mois, indique Gérard Mercher, nous mettons tout en œuvre pour faciliter le déménagement et le relogement des structures et des associations  ».
Des emplois par milliers
Envie2E, entreprise d’insertion spécialisée dans le traitement des déchets, des associations de patrimoine maritime, comme French Lines, les caves de la Transat, un marchand de spiritueux, ils sont ainsi une soixantaine à devoir se déplacer d’ici fin 2014. S’ensuivra les longues procédures administratives. Les bulldozers sont prévus pour 2015.
À terme, Arerva construira dans ces usines du Havre ses nacelles, ses pâles, ses roulements, ses génératrices et ses multiplicateurs. «  Areva produira son éolienne M5000 de 5 MW, mais également son nouveau modèle si le consortium est retenu, ajoute Gérard Mercher. Les nouveaux locaux devront tenir compte de ces deux lignes de production. Au niveau logistique, ce sera aussi plus technique et plus intéressant pour les entreprises  ». Deux modèles de turbine, et non une seule, impacteraient aussi le volume et la nature même des besoins en prestation. Plus de travail et plus d’emplois. Restera à dimensionner les usines.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP