13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Au menu des fêtes : huîtres diploïdes ou triploïdes ?

Au menu des fêtes : huîtres diploïdes ou triploïdes ?

Dernière mise à jour le mercredi 24 décembre 2014

Article paru
sur le site "Actu-environnement" - 22Décembre 2014
Visualiser l’article original



Depuis plusieurs années, la filière ostréicole cherche par tous les moyens à s’assurer une production stable, régulière, de qualité et si possible résistante aux aléas climatiques et aux maladies. C’est dans cette optique que sont nées les huîtres triploïdes : "mises au point" par les chercheurs de l’Ifremer, elles sont commercialisées depuis 2000. Elles ont la particularité de posséder trois paires de chromosomes et non deux comme les huîtres naturelles. Cette modification génétique les rend théoriquement stériles. L’énergie qu’elles n’utilisent pas pour produire des organes de reproduction (gamètes), elles la mettent à profit pour grossir plus vite. Ces huîtres ne sont pas laiteuses quelque soit la saison. Des avantages non négligeables pour les ostréiculteurs ayant choisi d’élever ce type d’huîtres.

Depuis 2008, la filière ostréicole est par ailleurs confrontée à une mortalité accrue des jeunes huîtres (naissains). Baptisé OsHV1 ou Vibrio aestuarianus, ce virus décime entre 60 et 90% des larves. Selon les professionnels du secteur, il s’attaquerait également à certains adultes mais pour l’instant seules ceux de la catégorie des huîtres triploïdes seraient touchés. Si la sensibilité accrue de ces huîtres au virus OsVH1 doit encore être démontrée par des études scientifiques, elle interroge les professionnels de la filière et les pousse à remettre en question leurs pratiques. Certains appellent à ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier et à diversifier l’origine des huîtres.

Des diploïdes résistantes et "made in Méditerranée" c’est possible !

Sur le bassin de Thau, la plus grosse zone conchylicole de la Méditerranée à l’origine de 10% de la production française, 60% des larves sont triploïdes et 40% sont diploïdes issues de différentes écloseries. En effet, la reproduction naturelle des huîtres diploïdes est quasi-inexistante dans le bassin de Thau. Même pour les huîtres naturelles, les ostréiculteurs doivent se fournir auprès d’autres bassins ostréicoles notamment de la côte Atlantique. Mais ces naissains ne sont pas forcément adaptés aux conditions climatiques de la Méditerranée et ne sont pas la clef d’une production maîtrisée. Pour continuer à favoriser la diversification des sources d’approvisionnement et notamment le développement de filières locales, l’Ifremer a évalué la viabilité d’un captage naturel sur le bassin de Thau. Les résultats sont positifs. Si 90% des naissains restent touchés par le virus, l’élevage des adultes rescapés produit des huîtres de grande qualité selon les producteurs associés à l’expérimentation.

Un étiquetage très limité

La question de l’origine des huîtres interpelle les consommateurs. Mais aucun étiquetage ne la précise. Le label "agriculture biologique" permet d’en savoir un peu plus car son cahier des charges exclut les huîtres issues d’écloseries qu’elles soient diploïdes ou triploïdes. Une seule certitude : toutes les huîtres creuses produites en France n’ont rien d’endémiques car l’espèce a été introduite dans les années 50 et provient… du Japon.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP