20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Aux Glénan, 50 tonnes de coquilles déjà pêchées

Aux Glénan, 50 tonnes de coquilles déjà pêchées

Dernière mise à jour le vendredi 13 décembre 2013

Article paru
sur le site "Ouest-france-entreprises" - 12 Décembre 2013
Visualiser l’article original



Pour Frédéric Louédec, le patron du Zoé-Jules, l’un des sept chalutiers (trois concarnois et quatre bigoudens) autorisés à draguer la coquille sur le gisement des Glénan, le soulagement est réel. Cette semaine, il a pu ponctionner à nouveau 1,5 tonne de coquilles saint-jacques. 800 kg le mardi et 700 kg le mercredi. Pas plus. Depuis le 12 novembre, la pêche est désormais ouverte, mais sous couvert d’une réglementation draconienne mise en place pour l’exploitation du site.

Une pêche hors du schéma classique, puisque destinée, pour cette campagne, à la filière industrielle. La coquille ne peut en effet être exploitée dans son intégralité. La faute à l’ASP, toxine amnésiante issue d’une micro-algue, qui contamine de façon récurrente les coquilles des Glénan. Un casse-tête pour les scientifiques, et un manque à gagner pour les pêcheurs puisque, depuis trois ans, la pêche est interdite.

Sauf pour cette campagne d’hiver 2013. Avec la mise en place d’une filière industrielle. La coquille est consommable si l’on retire la poche noire où se loge l’ASP. Et une première sur le site des Glénan (cela se pratique notamment dans les Côtes-d’Armor et du côté de Brest). Selon Dominique Le Gal, d’Ifremer, qui chaque semaine analyse les coquilles ramenées par le Zoé-Jules, « la campagne est une bonne chose tant la ressource était importante. 50 tonnes de coquilles ont déjà été sorties depuis le 12 novembre » contre 150 tonnes pour une campagne il y a quelques années.

Cette pêche, qui a nécessité une dérogation et un arrêté préfectoral, sera poursuivie « normalement » jusqu’au 23 décembre. Mais, en pointillé, avec deux jours de pêche les 17 et 18 décembre, et peut-être le 23. « Une des contraintes est que ce travail de pêche est fait sur commande, » explique Marc Bigot du comité départemental des pêches. Ce sont les deux entreprises chargées de décortiquer la coquille, Iroise pêche à Plougastel-Daoulas et Celtamor (22) qui fixent l’état du marché. « Chaque jeudi, ils indiquent leurs besoins pour la semaine suivante. Cette semaine, par exemple, il fallait 8,6 tonnes en deux jours. »

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP