19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale
Accueil > Actualités de la mer > BREST - Les ports misent sur les énergies marines renouvelables

BREST - Les ports misent sur les énergies marines renouvelables

Dernière mise à jour le mercredi 12 juin 2013

Article paru
sur le site "20 Minutes" - 11 Juin 2013
Visualiser l’article original


BREST - Les ports français se préparent à accueillir les industriels de la filière naissante des énergies marines renouvelables (EMR) avec des projets ambitieux et complémentaires, bien que parfois concurrents, qui pourraient déboucher sur la création de milliers d’emplois.

Les EMR sont « une des filières d’avenir sur lesquelles les ports cherchent à se positionner », assure le délégué général de l’Union des Ports de France (UPF), Geoffroy Caude, dans un entretien à l’AFP, citant Le Havre, Cherbourg, Brest et Saint-Nazaire.

« C’est là que se font les appels d’offres » liés à ces énergies, souligne-t-il, évoquant les appels à projets lancés par l’Etat pour des parcs éoliens au large du Tréport et de Fécamp (Seine-Maritime), Noirmoutier (Vendée), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Courseulles-sur-mer (Calvados) et Saint-Brieuc (Côtes d’Armor).

Les énergies fossiles ont représenté jusqu’ici près de la moitié des trafics portuaires des grands ports maritimes, mais la contraction de la demande en produits pétroliers et la fermeture de raffineries en France « posent des enjeux importants de reconversion industrielle », souligne l’UPF dans un document transmis à l’AFP.

Selon la fédération professionnelle, les ports peuvent proposer des terrains aménagés et des plateformes logistiques aux industriels en quête de vastes espaces où construire et assembler leurs machines, ainsi que des quais renforcés. Une éolienne peut peser jusqu’à 1.500 tonnes et mesurer près de 200 mètres, en bout de pale, au-dessus du niveau de l’eau.

« Nous sommes persuadés que cette filière a un avenir, donc nous anticipons et réalisons les travaux pour être prêts au moment où elles seront prêtes également », assure le président du Conseil régional de Bretagne, Pierrick Massiot, lors d’un entretien à l’AFP.

« Atout extraordinaire »

Des investissements dont se réjouissent les industriels. « Les ports sont au rendez-vous ! » se félicite Nicolas Serrie, directeur France pour l’éolien en mer chez Alstom.

La Bretagne mise sur le développement du port de Brest, dont elle est propriétaire, avec un projet de quelque 170 millions d’euros destiné notamment à accueillir à l’horizon 2016 sur 36 hectares de polder de nouvelles activités industrielles liées à l’éolien en mer (posé et flottant) et à l’hydrolien, ainsi que, dans un second temps, à l’houlomoteur, qui consiste à tranformer l’énergie des vagues et de la houle en courant.

« Brest réunit des conditions telles que nous serions fautifs si nous ne travaillions pas comme nous le faisons pour essayer de développer cette filière », insiste Pierrick Massiot.

Du côté des autres ports, le son de cloche est le même : « Il y a un atout extraordinaire à jouer à Cherbourg et en Basse-Normandie au titre de la transition énergétique », se réjouit le maire socialiste de la ville Jean-Michel Houllegatte.

L’investissement est un peu moindre à la pointe du Contentin, mais reste conséquent avec 100 millions d’euros sur quatre ans pour créer un quai renforcé et un terre-plein de 39 hectares.

Le port de Cherbourg se positionne sur l’éolien posé en mer et l’hydrolien —les deux filières les plus matures—, en complémentarité avec celui de Nantes Saint-Nazaire et en lien avec Alstom.

Le géant français compte se doter d’ici 2015 de deux usines à Saint-Nazaire et de deux autres à Cherbourg. Des usines situées sur des sites portuaires qui, avec un centre d’ingénierie, devraient générer un millier d’emplois directs et 4.000 indirects, selon le groupe.

Le secteur des EMR pourrait aboutir à la création de 10.000 emplois en France au cours des cinq prochaines années, dont une partie importante dans les ports, selon Jean-Marie Carnet, délégué général du Groupement des industries de construction et activités navales (GICAN).

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP