15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites
Accueil > Actualités de la mer > Bactérie décontaminante : séquençage du génome

Bactérie décontaminante : séquençage du génome

Dernière mise à jour le samedi 13 juillet 2013

Article paru
sur le site "Bulletin electronique" - xx Juillet 2013
Visualiser l’article original


Acinetobacter venetianus VE-C3 est une bactérie marine, découverte en 1996 dans la lagune de Venise, capable de vivre dans de l’eau polluée et ayant développé la capacité de métaboliser des composés tels que les hydrocarbures. Ce procédé de décontamination que la bactérie utilise permet de rendre ces composés moins dangereux pour l’environnement.

Le génome complet de la bactérie a été séquencé grâce à une équipe de recherche internationale dirigée par Renato Fani, professeur associé de génétique à l’université de Florence, en collaboration avec l’Institut de technologies biomédicales du Conseil national des recherches (Itb-Cnr) de Milan. Les résultats de l’étude ont été publiés sur Research in microbiology. "L’étude du génome d’Acinetobacter venetianus VE-C3 fournit des informations importantes sur les moyens utilisés par les bactéries qui leur permettent de s’adapter à des environnements biologiques particuliers et sur les mécanismes de métabolisation des alcalins, d’adhésion des bactéries aux hydrocarbures (tel que le diesel) et de résistance aux métaux lourds", explique Marco Fondi, chercheur à l’université de Florence.

"Le séquençage du génome bactérien a été rendu possible grâce à l’utilisation de nouvelles technologies nous permettant de produire une grande quantité de séquences pour comprendre le codage de la bactérie dans son ensemble. Grâce aux données génétiques obtenues nous avons mis en évidence l’extrême diversité du génome de la bactérie étudiée par rapports aux autres bactéries du même genre" explique Ermanno Rizzi, chercheur au Itb-Cnr de Milan.

La capacité de ces bactéries à dégrader les hydrocarbures pourra être un jour utilisée à des fins de décontamination des environnements pollués par des hydrocarbures.

Lire l’arti_cle complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP