13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir

Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir

Dernière mise à jour le mercredi 2 mai 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Avril 2018
Visualiser l’article original


En mytiliculture, deux grandes visions s’opposent.
D’un côté des producteurs qui défendent un savoir-faire « à l’ancienne ». À savoir, un taux d’ensemencement élevé qui garantit un volume de moules conséquent à la fin de la saison. De l’autre des éleveurs qui préfèrent miser sur une stratégie commerciale qui repose sur la qualité.
On est impacté par les goélands et les macreuses, alors l’idée de baisser les volumes suscite la crainte de ne pas réussir à s’y retrouver », analyse un mytiliculteur d’Hillion. « Mais limiter le nombre de naissains sur les pieux permet de gagner en qualité.
Et cela réduit l’investissement humain et matériel consacré à la production », argumente de son côté un éleveur de la baie briochine.
Pour définir un cap, une première réunion, réunissant les treize éleveurs de la baie de Saint-Brieuc, s’est déroulée début avril. « L’idée c’est que l’on prenne des décisions ensemble. Nous avons tous des choses intéressantes à dire », explique Anthony Juin, président du syndicat de conchyliculture de la baie. Sauf qu’en attendant, d’autres baies affichent déjà un temps d’avance. À quelques kilomètres plus à l’est, en baie du Mont-Saint-Michel, s’est développée une culture plus « raisonnée ».

La baie du Mont-Saint-Michel, un exemple à suivre ?
« Depuis quinze ans, nous avons rééquilibré l’ensemencement entre les pieux qui se trouvent au large et ceux qui se trouve à terre », détaille Stéphane Hesry, patron de l’entreprise Cap à l’Ouest, installée sur le port mytilicole du Vivier-Sur-Mer (35). Cela figure même sur le cahier des charges de l’appellation d’origine protégée « Moules de bouchot de la baie du Mont-Saint-Michel ».
Logique, finalement, car pour gagner en qualité, les éleveurs considèrent qu’il faut que l’ensemble des mytiliculteurs de la baie réduise la densité de production.
« C’est là toute la difficulté du projet. Il faut faire preuve de pédagogie. Mais on a tous à gagner à aller vers plus de qualité », encourage Stéphane Hesry.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP