21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français
Accueil > Actualités de la mer > Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir

Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir

Dernière mise à jour le mercredi 2 mai 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Avril 2018
Visualiser l’article original


En mytiliculture, deux grandes visions s’opposent.
D’un côté des producteurs qui défendent un savoir-faire « à l’ancienne ». À savoir, un taux d’ensemencement élevé qui garantit un volume de moules conséquent à la fin de la saison. De l’autre des éleveurs qui préfèrent miser sur une stratégie commerciale qui repose sur la qualité.
On est impacté par les goélands et les macreuses, alors l’idée de baisser les volumes suscite la crainte de ne pas réussir à s’y retrouver », analyse un mytiliculteur d’Hillion. « Mais limiter le nombre de naissains sur les pieux permet de gagner en qualité.
Et cela réduit l’investissement humain et matériel consacré à la production », argumente de son côté un éleveur de la baie briochine.
Pour définir un cap, une première réunion, réunissant les treize éleveurs de la baie de Saint-Brieuc, s’est déroulée début avril. « L’idée c’est que l’on prenne des décisions ensemble. Nous avons tous des choses intéressantes à dire », explique Anthony Juin, président du syndicat de conchyliculture de la baie. Sauf qu’en attendant, d’autres baies affichent déjà un temps d’avance. À quelques kilomètres plus à l’est, en baie du Mont-Saint-Michel, s’est développée une culture plus « raisonnée ».

La baie du Mont-Saint-Michel, un exemple à suivre ?
« Depuis quinze ans, nous avons rééquilibré l’ensemencement entre les pieux qui se trouvent au large et ceux qui se trouve à terre », détaille Stéphane Hesry, patron de l’entreprise Cap à l’Ouest, installée sur le port mytilicole du Vivier-Sur-Mer (35). Cela figure même sur le cahier des charges de l’appellation d’origine protégée « Moules de bouchot de la baie du Mont-Saint-Michel ».
Logique, finalement, car pour gagner en qualité, les éleveurs considèrent qu’il faut que l’ensemble des mytiliculteurs de la baie réduise la densité de production.
« C’est là toute la difficulté du projet. Il faut faire preuve de pédagogie. Mais on a tous à gagner à aller vers plus de qualité », encourage Stéphane Hesry.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP