23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Baie de Saint-Brieuc. Pourquoi tant d’accidents à la pêche à la coquille (...)

Baie de Saint-Brieuc. Pourquoi tant d’accidents à la pêche à la coquille ?

Dernière mise à jour le mercredi 2 novembre 2016

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 14 Octobre 2016
Visualiser l’article original


En baie de Saint-Brieuc, quatre accidents se sont produits en quatre jours de pêche, dont un accident mortel et un autre très grave. La saison de pêche de la coquille Saint-Jacques a commencé de manière dramatique.
Quatre matelots victimes d’accidents en quatre jours de pêche à la coquille

Mercredi 12 octobre, un matelot chevronné de 44 ans, est mort dans le naufrage de L’Enfant d’Arvor. Lundi 3 octobre, jour de l’ouverture de la pêche à la coquille, un matelot a été grièvement blessé au visage à bord du Balbuzard. Il est toujours dans le coma.

Mercredi 5, un matelot est blessé à bord du Narvick. Et, le 12, un autre accident s’est produit sur le Men Leaz. Tous ont eu lieu pendant la pêche à la coquille en baie de Saint-Brieuc.
Y a-t-il des problèmes de vétusté sur les bateaux ?

A priori non. Les bateaux sont bien entretenus. « Je suis maniaque, déclare ainsi Philippe Hémeury, le patron du Narvick. Mon bateau, je fais des frais dessus. »

Mais le métier est dangereux. Les hommes manipulent des engins lourds, dans un environnement qui bouge. « Mon matelot a eu un choc avec la drague, le 5 octobre. Il a eu quatre jours d’arrêt de travail. Puis il a repris la pêche. »
Une défaillance matérielle peut-elle causer un accident ?

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP