29 mai : Moules Mystérieuse hécatombe en rade de Brest12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque 10 mai : Lanvéoc. L’École navale attend 200 bateaux 5 mai : Bretagne. Les phares d’Iroise classés Monuments historiques 4 mai : Morbihan. 1,2 million de naissains de Saint-Jacques déversés en mer 30 avril : plozévet. Des milliers de lançons échoués sur la plage29 avril : Palourdes. Le compte est bon à Martin-plage27 avril : Toxines. Des interdictions de pêche en rade de Brest 26 avril : Une larve dévoreuse de plastique, nouvel espoir pour l’environnement 24 avril : Océan Arctique : découverte d’une importante zone d’accumulation des déchets plastiques au nord de l’Europe19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > Baie de Saint-Brieuc. Pourquoi tant d’accidents à la pêche à la coquille (...)

Baie de Saint-Brieuc. Pourquoi tant d’accidents à la pêche à la coquille ?

Dernière mise à jour le mercredi 2 novembre 2016

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 14 Octobre 2016
Visualiser l’article original


En baie de Saint-Brieuc, quatre accidents se sont produits en quatre jours de pêche, dont un accident mortel et un autre très grave. La saison de pêche de la coquille Saint-Jacques a commencé de manière dramatique.
Quatre matelots victimes d’accidents en quatre jours de pêche à la coquille

Mercredi 12 octobre, un matelot chevronné de 44 ans, est mort dans le naufrage de L’Enfant d’Arvor. Lundi 3 octobre, jour de l’ouverture de la pêche à la coquille, un matelot a été grièvement blessé au visage à bord du Balbuzard. Il est toujours dans le coma.

Mercredi 5, un matelot est blessé à bord du Narvick. Et, le 12, un autre accident s’est produit sur le Men Leaz. Tous ont eu lieu pendant la pêche à la coquille en baie de Saint-Brieuc.
Y a-t-il des problèmes de vétusté sur les bateaux ?

A priori non. Les bateaux sont bien entretenus. « Je suis maniaque, déclare ainsi Philippe Hémeury, le patron du Narvick. Mon bateau, je fais des frais dessus. »

Mais le métier est dangereux. Les hommes manipulent des engins lourds, dans un environnement qui bouge. « Mon matelot a eu un choc avec la drague, le 5 octobre. Il a eu quatre jours d’arrêt de travail. Puis il a repris la pêche. »
Une défaillance matérielle peut-elle causer un accident ?

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP