24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers
Accueil > Actualités de la mer > Bar. Les ligneurs défendent une pêche durable

Bar. Les ligneurs défendent une pêche durable

Dernière mise à jour le mercredi 28 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 27 Janvier 2015
Visualiser l’article original


Pour les ligneurs de la Pointe de Bretagne qui défendent une pêche durable, l’interdiction faite aux pélagiques par Bruxelles de pêcher le bar pendant la période de reproduction tombe sous le sens, mais laisse cependant un goût amer. « Aller pêcher un poisson qui est en train de frayer, c’est une aberration pour la gestion du stock », lance, catégorique, Gwen Pennarun, pêcheur ligneur de Sainte-Marine.

L’association des ligneurs de la pointe de Bretagne qu’il préside l’a compris depuis longtemps. Cela fait une quinzaine d’années qu’elle demande à ses adhérents de respecter la période de reproduction en renonçant à pêcher le bar entre mi-février et mi-mars, un principe qu’elle vient d’ailleurs d’intégrer dans ses statuts. La mesure la plus efficace La décision de la Commission européenne d’interdire aux chalutiers pélagiques de pêcher le bar en Manche du 1e r janvier au 30 avril, une mesure radicale prise dans l’urgence, ne peut dès lors être ressentie par les ligneurs que comme « l’échec d’un système de gestion à la française ».
« Depuis 2006, le Ciem (Conseil international pour l’exploration de la mer) préconise que le niveau de prélèvement ne devrait pas augmenter alors qu’il n’a cessé de le faire et alerte sur les pertes au niveau du stock. Il a mis en place des préconisations que l’Europe a soumises au droit des nations. Là, il s’agit d’une mesure d’urgence. La mesure la plus efficace à prendre est d’arrêter la pêche pélagique pendant la période de reproduction », insiste le responsable de l’association.
« On en est là aujourd’hui car, en tant que pêcheurs français, on n’a pas réussi à gérer notre propre ressource. Si les pélagiques avaient dit, il y a dix ans, on respecte le repos biologique on n’en serait peut-être pas là », regrette ce dernier. « Tout est fait pour les gros »
Celui qui est aussi co-président de la plateforme de la petite pêche française défend la pratique d’une pêche durable et responsable. « Si le poisson n’a pas envie de mordre, on ne le pêche pas alors qu’avec le filet ou le chalut, qu’il ait envie de manger ou pas, il est pêché », argumente le ligneur qui a le sentiment, bien que l’opinion publique soit de leur côté, de ne pas être entendu de Bruxelles ou des instances professionnelles.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP