22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > Bar. Les ligneurs défendent une pêche durable

Bar. Les ligneurs défendent une pêche durable

Dernière mise à jour le mercredi 28 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 27 Janvier 2015
Visualiser l’article original


Pour les ligneurs de la Pointe de Bretagne qui défendent une pêche durable, l’interdiction faite aux pélagiques par Bruxelles de pêcher le bar pendant la période de reproduction tombe sous le sens, mais laisse cependant un goût amer. « Aller pêcher un poisson qui est en train de frayer, c’est une aberration pour la gestion du stock », lance, catégorique, Gwen Pennarun, pêcheur ligneur de Sainte-Marine.

L’association des ligneurs de la pointe de Bretagne qu’il préside l’a compris depuis longtemps. Cela fait une quinzaine d’années qu’elle demande à ses adhérents de respecter la période de reproduction en renonçant à pêcher le bar entre mi-février et mi-mars, un principe qu’elle vient d’ailleurs d’intégrer dans ses statuts. La mesure la plus efficace La décision de la Commission européenne d’interdire aux chalutiers pélagiques de pêcher le bar en Manche du 1e r janvier au 30 avril, une mesure radicale prise dans l’urgence, ne peut dès lors être ressentie par les ligneurs que comme « l’échec d’un système de gestion à la française ».
« Depuis 2006, le Ciem (Conseil international pour l’exploration de la mer) préconise que le niveau de prélèvement ne devrait pas augmenter alors qu’il n’a cessé de le faire et alerte sur les pertes au niveau du stock. Il a mis en place des préconisations que l’Europe a soumises au droit des nations. Là, il s’agit d’une mesure d’urgence. La mesure la plus efficace à prendre est d’arrêter la pêche pélagique pendant la période de reproduction », insiste le responsable de l’association.
« On en est là aujourd’hui car, en tant que pêcheurs français, on n’a pas réussi à gérer notre propre ressource. Si les pélagiques avaient dit, il y a dix ans, on respecte le repos biologique on n’en serait peut-être pas là », regrette ce dernier. « Tout est fait pour les gros »
Celui qui est aussi co-président de la plateforme de la petite pêche française défend la pratique d’une pêche durable et responsable. « Si le poisson n’a pas envie de mordre, on ne le pêche pas alors qu’avec le filet ou le chalut, qu’il ait envie de manger ou pas, il est pêché », argumente le ligneur qui a le sentiment, bien que l’opinion publique soit de leur côté, de ne pas être entendu de Bruxelles ou des instances professionnelles.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP