20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Bar : le Royaume Uni demande des mesures d’urgence contre les (...)

Bar : le Royaume Uni demande des mesures d’urgence contre les pélagiques

Dernière mise à jour le mardi 23 décembre 2014

Article paru
sur le site "Le Marin" - 22 Décembre 2014
Visualiser l’article original



Non tranchée au Conseil des tacs et quotas, la question de la pêche du bar revient encore plus vite que prévu sur le tapis. Le Royaume-Uni a demandé officiellement à la Commission européenne, le vendredi 19 décembre, des mesures d’urgence pour protéger le stock de bar, en bloquant la pêche par les pêcheries pélagiques cet hiver.

Le ministre anglais s’appuie sur l’article 12 de la PCP (politique commune de la pêche), qui prévoit que la Commission puisse, « en cas de menace grave pour les ressources biologiques », adopter des actes d’exécution immédiatement applicables pour une durée de six mois, renouvelables une fois. Elle peut prendre ce type de mesures de son initiative ou sur demande motivée d’un État membre.

Les États membres concernés – en l’occurrence la France, la pêche pélagique au bar étant une spécialité hexagonale – ont alors sept jours ouvrables pour répondre. Ce qui en cette période de fêtes, avec les jours fériés, amène au 2 janvier ! « Cette demande n’est pas très fair-play alors que c’est la trêve des confiseurs ! » commente un responsable professionnel, alors qu’il avait été convenu de poursuivre les discussions en janvier. Le Comité national des pêches (CNPMEM) et les fédérations d’organisations de producteurs Anop et Fédopa se sont entretenus dans l’urgence ce lundi 22 décembre avec la DPMA (direction de la pêche maritime et de l’aquaculture), en visioconférence. La Commission européenne dispose quant à elle de 15 jours après avoir été saisie de la demande, soit seulement jusqu’au 8 janvier, pour annoncer sa décision.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP