21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > Bassin ostréicole : l’eau de pluie est purifiée

Bassin ostréicole : l’eau de pluie est purifiée

Dernière mise à jour le lundi 6 mai 2013

Article paru
sur le site "SudOuest" - xx Mai 2013
Visualiser l’article original


Entre parcs ostréicoles et plages de sable fin, 2,5 millions ont été investis pour améliorer la qualité de l’eau de pluie rejetée en mer. Sans précédent.
L’approche est exemplaire. Rive gauche de la Seudre, la commune de La Tremblade est la première à avoir défini un plan d’action pour réduire l’impact urbain sur le milieu marin. Avant d’être rejetées à la mer, les eaux pluviales sont épurées.

Une manière d’éliminer les bactéries qui ternissent les analyses sanitaires, et ainsi, de soutenir les deux poumons de la commune. Ici sont en effet installés une centaine d’établissements ostréicoles qui expédient 10 000 tonnes d’huîtres affinées par an. Ici aussi s’étirent 15 kilomètres de plages de sable fin grâce auxquels, l’été, la commune multiplie par six sa population (30 000 personnes). L’huître comme le baigneur réclament une eau de qualité.
Les sangliers présents en très forte densité dans le massif forestier de la Coubre raffolent du bain de vase, à marée basse, sur le rivage de Ronce-les-Bains. Ces cochons sauvages seraient-ils une des causes de la dégradation de la qualité sanitaire des eaux trembladaises ? « Nous nous penchons sérieusement sur le sujet, note le premier adjoint au maire François Patsouris, qui relève que près de 800 têtes ont été tuées cette année et que l’autorisation d’abattage porte sur 500 sangliers supplémentaires. Nous cherchons à savoir si leurs excréments ne sont pas à l’origine des quelques dépassements de seuils sanitaires que nous avons pu enregistrer », notamment depuis l’amélioration de notre réseau pluvial.
_ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP