24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Bassin ostréicole : l’eau de pluie est purifiée

Bassin ostréicole : l’eau de pluie est purifiée

Dernière mise à jour le lundi 6 mai 2013

Article paru
sur le site "SudOuest" - xx Mai 2013
Visualiser l’article original


Entre parcs ostréicoles et plages de sable fin, 2,5 millions ont été investis pour améliorer la qualité de l’eau de pluie rejetée en mer. Sans précédent.
L’approche est exemplaire. Rive gauche de la Seudre, la commune de La Tremblade est la première à avoir défini un plan d’action pour réduire l’impact urbain sur le milieu marin. Avant d’être rejetées à la mer, les eaux pluviales sont épurées.

Une manière d’éliminer les bactéries qui ternissent les analyses sanitaires, et ainsi, de soutenir les deux poumons de la commune. Ici sont en effet installés une centaine d’établissements ostréicoles qui expédient 10 000 tonnes d’huîtres affinées par an. Ici aussi s’étirent 15 kilomètres de plages de sable fin grâce auxquels, l’été, la commune multiplie par six sa population (30 000 personnes). L’huître comme le baigneur réclament une eau de qualité.
Les sangliers présents en très forte densité dans le massif forestier de la Coubre raffolent du bain de vase, à marée basse, sur le rivage de Ronce-les-Bains. Ces cochons sauvages seraient-ils une des causes de la dégradation de la qualité sanitaire des eaux trembladaises ? « Nous nous penchons sérieusement sur le sujet, note le premier adjoint au maire François Patsouris, qui relève que près de 800 têtes ont été tuées cette année et que l’autorisation d’abattage porte sur 500 sangliers supplémentaires. Nous cherchons à savoir si leurs excréments ne sont pas à l’origine des quelques dépassements de seuils sanitaires que nous avons pu enregistrer », notamment depuis l’amélioration de notre réseau pluvial.
_ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP