13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Les espèces > Poissons > Baudroie ou Lotte

Baudroie ou Lotte

Lophius piscatorius

Dernière mise à jour le mardi 6 juin 2017



Lotte ou Baudroie

Noms régionaux marache (56), mordouzeg
France
Lotte, Baudroie
Royaume-Uni
Monkfish
Allemagne
Seeteufel
Italie
Coda di rospo
Espagne
Lota de mar
Taille commune relevée
Taille maximale à l’âge adulte Jusqu’à 2 m
Poids maximum relevé 57 kg
Maturité sexuelle
Durée de vie maximale relevée 24 ans
Profondeur habituelle de -20 à -1000 m
Sédentaire
Pélagique oui
État de la ressource évaluée
Pêche autorisée ou interdite :
du 1er janvier au 31 décembre

Pêche à pied et de loisir
Réglementation mise à disposition par le Ministère de L’Écologie, du Développement et de l’Énergie
- voir ici l’intégralité de l’arrêté du 26/10/2012 consolidé au 23/02/2013

Taille minimale de prise Périodes de fermeture Nbre prises/pers/jour
50 cm

RAPPEL pêche de loisir : La vente des produits pêchés est rigoureusement interdite


Habitat et habitudes alimentaires :

- la lotte ou baudroie (les deux sortes : la commune et la rousse) vit sur les substrats ou même, faiblement enfouie, dans les graviers, sables, vases ou même roches.

- sa canne à pêche (excroissance en filament) est un leurre destiné à conduire ses proies vers sa gueule de carnassier !
- elle mange principalement des poissons qu’elle attrape par la tête : tacauds, chinchards, fausses limandes, soles perdrix, grondins, congres, homards, crabes, encornets, etc...


Conseils d’achat :

- la lotte ou baudroie est rarement présentée entière sur les étals, car la tête est énorme et n’a que pas ou peu de valeur marchande.
- nous nous trouvons donc le plus souvent devant des queues de lottes.

Petites elles sont souvent appelées lottes « friture ».
- elles peuvent être excellentes, mais je ne pense pas que ce soit une bonne chose que d’inciter les poissonniers à s’approvisionner de ces poissons trop jeunes, pensons à l’avenir de l’espèce !

Quand on achète des queues de lottes, il faut veiller à leur fraîcheur, la chair doit être comme mouillée, et d’une couleur légèrement rose.
- il est très facile de reconnaître une queue de lotte un peu avancée, elle porte toujours des zones jaunâtres, et très souvent le poissonnier en aura retiré la peau.
- pour redonner un coup de fraîcheur il est commun, pour un poissonnier peu scrupuleux, de mettre un peu de blanc d’œuf, ce qui rend le poisson plus brillant.

Toute queue de lotte sans peau est à rejeter par principe !


Conseils de conservation :

La lotte fraîche ne doit surtout pas être mangée le jour même, sous peine d’être dure.

Elle peut être conservée au réfrigérateur environ 72h mais pas plus, car au bout de 48 heures elle forcit en goût.
- pour conserver la lotte, prenez l’habitude de laisser la peau, cette dernière ne sera retirée qu’au moment de la préparer à la cuisson, ainsi la lotte ne se dessèchera pas.

Avant de cuisiner votre lotte, vous devez :
- retirer la grosse peau grise, et également la peau translucide.
- couper la queue.

Suivant le mode de cuisson utilisé, vous pouvez également retirer l’os central.
- mais si vous désirez faire un fumet ou donner du goût, par exemple, à un jus de cuisson au four, vous devez le mettre dans le plat de cuisson.
- La lotte supporte très bien la congélation. Voir tableau de congélation


Recette(s) :

- Joues de lotte à la poêle
- Lotte au four (aux petits légumes)
- Lotte à ma façon
- Lotte aux herbes
- Lotte au four tendre et savoureuse
- Lotte au naturel
- Lotte Rôtie



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP