13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Recettes > Mes ingrédients > Beurre

Beurre

Dernière mise à jour le samedi 2 juillet 2016



Il est bien difficile de trouver du bon beurre de nos jours !

Le choix est pourtant vaste sur les gondoles des supermarchés, des épiceries (plus très nombreuses) et des crèmeries (qui se comptent désormais sur les doigts d’une main) dans la plupart des grandes villes ; autres temps, autres moeurs ....

Heureusement il nous reste les marchés !

Le beurre que j’achète, c’est du beurre baratté demi-sel, vendu à la motte ; depuis plusieurs années, j’achète du beurre du Cotentin, du moins pour l’ordinaire.
2015 un commerce proximité (Tercoc, anciennement Mauricette Place Napoléon III Bellevue Brest a aussi un beurre à la motte de Pacé (35) qui est très bon à un prix raisonnable, ainsi que de la crème fraîche excellente)

Depuis quelques temps, j’achète également du beurre de ferme produit dans mon secteur géographique, un beurre comme dans le temps, qui change de goût avec les saisons, qui est vraiment excellent, mais plus onéreux que les beurres industriels.
C’est pourquoi je le prends plus en accompagnement que pour faire la cuisine ..... sur du pain pour manger avec les fruits de mer, c’est merveilleux !
Comme tous les beurres frais, il se conserve au plus une dizaine de jours, (à l’air libre s’entend, au réfrigérateur il est probable qu’il tiendrait la quinzaine), ce qui est logique, car c’est un beurre parfaitement travaillé, mais qui reste un beurre crémeux, bon au goût , agréable à manger.
C’est un beurre qui se différencie de ces ersatz que l’on fabrique depuis 25 ans, secs et sans goût, blancs ou faiblement colorés, sans odeur, ces beurres purifiés, aseptisés, standardisés ! 2015 Le problème c’est quand une petite usine vit sur ses lauriers, et que les lauriers sèchent fautes d’un manque de suivi.....et que cela dure trop longtemps....

D’ailleurs nous ne voyons plus que des soi-disant "beurres", mous, tendres, allégés, mélangés, sans ceci ou cela, malaxés, centrifugés, qui ressemblent à du beurre, sans en être.

Ce qui est indécent, c’est que cela puisse s’appeler : du BEURRE !

2015 Néanmoins il existe désormais des beurres barattés industriels, qui commencent à être consommables, par exemple des Bretons, qui commencent par un L et se terminent par un l aussi ;-)



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP