23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Bientôt une pêche sans rejets en mer ? Capécure tentera d’apporter les (...)

Bientôt une pêche sans rejets en mer ? Capécure tentera d’apporter les réponses

Dernière mise à jour le mercredi 21 mars 2012

Article paru sur le site "Les Echos du Touquet" - Mardi 20 Mars 2012
Visualiser l’article original



Bientôt une pêche sans rejets en mer ? Capécure tentera d’apporter les réponses

Colloque international organisé à Nausicaà le 30 mars

A quoi ressemblera la pêche de demain ? Le colloque international organisé à Nausicaà le 30 mars par la Mission Capécure 2020 va tenter d’apporter des réponses et de dégager des pistes.

En toile de fond, le projet de réforme de la Politique commune de la pêche (PCP) de Bruxelles.

La Commission européenne de Bruxelles entend imposer, dans un avenir très proche, l’interdiction totale des rejets en mer. Ce principe est même au coeur de sa réforme, qui vise « une pêche européenne sélective, évitant les prises accessoires et les pratiques de gaspillage et faisant des rejets en mer une pratique du passé. »

Filière sceptique,

voire opposée

Selon elle, l’élimination des rejets va grandement contribuer à améliorer l’état des stocks de poisson, mais aussi l’image de la pêche européenne et de ses produits, et approfondir les connaissances scientifiques sur l’état des stocks et leur développement.

Reste que la filière va devoir s’adapter. Vite. Très vite. En effet, les fonctionnaires bruxellois ont élaboré un calendrier avec des délais pour tous les stocks de poissons commerciaux. Cela commence par les espèces pélagiques dès 2014. Puis la morue, le merlu et la sole en 2015. Enfin, tous les autres stocks de poissons en 2016. Ce qui signifie que toutes les captures devront être débarquées et imputées aux quotas. Les tailles de débarquement seront remplacées par des tailles de référence de conservation.

Une véritable "révolution" qui ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut. Car ce diktat va bouleverser les techniques de pêche. « Boulogne a marqué de son empreinte la pêche au chalut. Ses armements et ses patrons ont su faire preuve d’innovation et ont été à l’avant- garde des techniques de pêche les plus performantes. Nous y sommes hostiles, car il n’est pas, selon nous, envisageable d’imposer une réforme structurelle aussi importante sans qu’une réelle concertation ait eu lieu », expose ainsi le député-maire Frédéric Cuvillier.

Même accueil du côté de la filière. Euronor (pêche hauturière) « ne peut être d’accord sur le calendrier proposé et, surtout, la méthode radicale et brutale proposée sans prendre en considération les aspects techniques et financiers liés au stockage à bord (problème de sécurité), au déchargement et au traitement à terre, etc. » Et de poursuivre : « Nous souhaiterions plutôt que la Commission nous propose des objectifs de réduction progressive des rejets dans les eaux communautaires par des mesures techniques et qu’elle gère le problème pêcherie par pêcherie, en analysant, pour chacune, au cas par cas, leurs origines. » Réaction identique de la proposition pour la pêche côtière et artisanale. S’agissant de cette dernière, Olivier Leprêtre, président du Comité régional des pêches, indique que « la majeure partie de leurs rejets est la conséquence directe de l’application de la réglementation : mesures techniques ou gestion de quotas trop faibles de certaines espèces dans le cadre d’une pêcherie multi-spécifique. » S.D.

Pour participer au colloque,

il faut s’inscrire à l’adresse colloquerejetsenmer@

agglo-boulonnais.fr Rens. 03.21.10.98.58.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP