18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation
Accueil > Actualités de la mer > Biocarburants de 2e génération : un grand potentiel qui pose des (...)

Biocarburants de 2e génération : un grand potentiel qui pose des défis

Dernière mise à jour le mardi 8 avril 2014

Article paru
sur le site "Techno-sciences" - 00 avril 2014
Visualiser l’article original



Produire des carburants grâce au carbone contenu dans des résidus forestiers, agricoles ou domestiques est une idée prometteuse. Ces biocarburants de 2e génération, générés à partir de matières non comestibles, offrent un grand potentiel pour le Québec et le Canada. À terme, leur production permettrait d’éviter de diriger une partie du carbone vers les sites d’enfouissement. Toutefois, les chercheurs ont beaucoup de pain sur la planche pour en arriver à proposer des méthodes permettant de déployer la production de biocarburants à grande échelle, et surtout, à coût raisonnable. Spécialiste de la question, Jean-Michel Lavoie dirige la Chaire de recherche industrielle en éthanol cellulosique et en biocarburants de seconde génération. Ce professeur de la Faculté de génie proposait une conférence le 28 mars, durant la Quinzaine du développement durable.

Le professeur Lavoie et ses collègues développent deux plateformes de recherche. La première est consacrée à la production de carburants à partir de résidus de type lignocellulosiques. "Les résidus forestiers et agricoles, contenant de la cellulose, sont généralement associés à la catégorie appelée "éthanol cellulosique"", précise-t-il.

La seconde plateforme de recherche vise à valoriser les matières solides urbaines contenant du carbone, et qui ne sont pas recyclables ni compostables. "Cette avenue détournerait une partie du carbone de l’enfouissement, poursuit Jean-Michel Lavoie. Nos travaux de recherche sont faits en étroite collaboration avec deux compagnies de la région, soit Enerkem et CRB Innovations, ainsi que la compagnie Ethanol GreenField Québec inc. à Varennes."
Développer des techniques rentables
La production de biocarburants à grande échelle pose un certain nombre de défis scientifiques et techniques aux chercheurs, à commencer par celui de pouvoir assurer une production à prix concurrentiel. "Les carburants sont des biens de commodité se vendant à faible prix mais pour lesquels la demande est grande. Produire des biocarburants à partir de substrats de seconde génération implique nécessairement des techniques un peu plus élaborées. Ces techniques sont inévitablement dispendieuses dans les premières années de leur instauration", explique le professeur Lavoie.

L’objectif des chercheurs est donc de concevoir et d’optimiser des procédés à l’échelle du laboratoire, tout en visant une réduction importante des coûts de production pour rendre les produits concurrentiels.
Adapter la production à la matière première
Si l’on veut produire des biocarburants à grande échelle, un autre enjeu à prendre en compte est l’approvisionnement continu de matière première, particulièrement s’il s’agit de résidus urbains.

"Comme l’essentiel du prix de la biomasse résiduelle est associé à son transport, il importe de s’approvisionner localement, dit le chercheur. Cette réalité implique également que la nature de la biomasse disponible sur un site sera vraisemblablement appelée à changer au courant de la saison. En fonction de cette restriction, les procédés de conversion se doivent d’être très polyvalents, pouvant s’adapter à différents type d’intrants tout en permettant de produire de façon homogène un produit de qualité, encore là, à coût compétitif."
Un potentiel peu exploité
Jean-Michel Lavoie estime que le potentiel du Québec est très grand pour développer le créneau des biocarburants. Alors que la province consomme annuellement plus de 11 milliards de litres de produits pétroliers, elle pourrait faire face éventuellement à des problèmes d’approvisionnement. L’utilisation de biomasse représente une opportunité très importante. Au Québec, on estime que le volume de la biomasse lignocellulosique résiduelle (agricole et forestière) dépasse les 10 millions de tonnes par année. Par ailleurs, la biomasse actuellement expédiée à l’enfouissement offre aussi un grand potentiel qui reste à exploiter.

"Aucune usine de biocarburants de seconde génération n’est actuellement en fonction

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP