13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie

Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie

Dernière mise à jour le mercredi 31 octobre 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Octobre 2018
Visualiser l’article original


Le WWF (World wide fund for nature) tire la sonnette d’alarme, pointant notamment la consommation effrénée de l’homme ces dernières décennies. Dans son rapport « Planète vivante », une étude sur l’état de santé de la planète réalisée tous les deux ans, l’ONG préconise des mesures ambitieuses sans quoi, « la planète court à sa perte ».

Quel état des lieux ?

En à peine 45 ans, la population des vertébrés a diminué de 60 %, sur la période 1970 à 2014. Un chiffre qui grimpe à 89 % sous les tropiques, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. C’est l’estimation du WWF dans son dernier rapport « Planète vivante », une analyse scientifique que l’ONG réalise tous les deux ans sur l’état de santé de la planète. « C’est un rythme cent à mille fois supérieur au taux naturel », juge Pascal Canfin, directeur général du WWF France.
La disparition des pollinisateurs, qui pâtissent de l’expansion urbaine et de l’intensification agricole, préoccupe également le WWF, qui rappelle qu’un tiers de la production mondiale alimentaire dépend d’eux. Menace aussi sur les sols, puisque seul un quart des terres de la planète n’est pratiquement pas impacté par l’activité humaine. Une proportion qui chuterait à un dixième seulement en 2050, d’après le rapport.

À qui la faute ?

Pour Marco Lambertini, directeur du WWF international, la cause de l’appauvrissement de la biodiversité est claire : « Il est avéré depuis de nombreuses années qu’à cause de nous, la planète court à sa perte ».
Les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur la biodiversité - la perte et dégradation de leurs habitats et la surexploitation - sont liées aux activités humaines.
Ainsi, une étude a démontré que l’agriculture commerciale à grande échelle et l’agriculture vivrière locale étaient responsables d’environ 40 % et 33 % de la conversion des forêts, entre 2000 et 2010. Les 27 % restants seraient dus à la croissance urbaine, à l’expansion des infrastructures et à l’exploitation minière.

Pourquoi c’est inquiétant ?
…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP