18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Biodiversité : NKM finance des projets dans les outre-mer

Biodiversité : NKM finance des projets dans les outre-mer

Dernière mise à jour le lundi 13 février 2012

Article paru sur le site "Clicanoo.re" - Vendredi 10 Février 2012
Visualiser l’article original



Biodiversité : NKM finance des projets dans les outre-mer

La ministre de l’Ecologie a dévoilé le nom des 62 lauréats d’un appel à projets pour la biodiversité. 16 concernent les outre-mer.

“Ce qu’on ne fait pas aujourd’hui, on le paiera demain”. Nathalie Kociuzko-Morizet, ministre du Développement durable a présenté le résultat d’un appel à projets inscrit dans la stratégie nationale de la biodiversité, un programme lancé il y a huit mois. L’objectif est de stopper l’érosion de la biodiversité et restaurer au moins 15 % de celle qui a été dégradée. 62 projets ont été élus dont 16 pour les outre-mer. Dans les cinq thèmes de l’appel à projet, l’un concernait spécifiquement l’outre-mer, la lutte contre les espèces exotiques envahissantes terrestres et marines ; il y a eu 13 lauréats dont le laboratoire Bioemco Ibios de Créteil (lutte contre la fourmi manioc en Guadeloupe) et l’UICN. “C’est la reconnaissance du fait, a commenté la ministre, que l’outre-mer est le plus grand réservoir de biodiversité en France et c’est un enjeu formidable, à la fois car il y a une menace sur cette biodiversité et en même temps, parce que derrière, il y a de l’emploi, de l’activité, du potentiel”. 6 millions d’euros ont été dédiés à ces projets.

le conservatoire de Mascarin récompensé

La mairie de Sainte-Rose à la Réunion sera financée pour son programme de restauration écologique sur le massif du Piton de la Fournaise. Le Parc de la Réunion s’attellera à sa stratégie de lutte contre les espèces qui conquièrent les terres du Maïdo. La Province sud de Nouvelle-Calédonie régulera ses populations de cerfs rusa sur la côte Ouest par la capture et la valorisation des produits de capture, et l’association Dayu Biik s’occupera de contrôle permanent multi-espèces au mont Panié. Le Parc de Guadeloupe va lancer son chantier expérimental d’éradication et de valorisation du bambou, la Société ornithologique de Polynésie va sauvegarder les monarques de Tahiti et de Fatu Hiva par l’implication de la population. En Martinique, la Société d’histoire naturelle Lherminier va réaliser un inventaire cartographique et écologique de la flore d’eau douce envahissante ; l’Observatoire du milieu marin martiniquais et le comité des pêches maritimes et des élevages marins utiliseront la pêche professionnelle pour lutter contre l’invasion du poisson lion en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy. La direction de l’agriculture et le conseil général de Mayotte ont un plan de lutte contre la Merremia Peltata, une plante invasive. L’outre-mer a encore trouvé sa place dans les autres thématiques de l’appel à projets. Le Conservatoire des espaces naturels en Nouvelle-Calédonie et la restauration de la forêt sèche à l’ouest de la Grande Terre. La Société calédonienne d’ornithologie et la restauration de l’habitat des oiseaux marins du grand lagon sud. La Diren en Polynésie et la préservation des plateaux Temehani de Raiatea. L’ONF en Martinique et la reconstitution expérimentale de forêts marécageuse. Le conservatoire botanique national de Mascarin à la Réunion et ses “habitats uniques au monde”. Dans la catégorie « conservation et utilisation durable d’espèces végétales indigènes pour développer des filières locales », le conservatoire de Mascarin et la société Solicaz (Guyane), sont récompensés. Le premier pour organiser un aménagement urbain avec des plantes indigènes ; la seconde pour créer un plan de production de plantes endémiques fixatives d’azote pour restaurer des sites dégradés. Enfin, dans le domaine de l’ingénierie écologique, la société Cotram, en Martinique, est lauréate pour sa mise en œuvre d’une solution d’assainissement des eaux usées par des végétaux. Ce qui évite d’investir dans une très chère station d’épuration…

DEUX NOUVEAUX APPELS À PROJETS LANCÉS

“Cette économie a été calculée : entre 2 200 et 4 400 euros l’hectare”, a indiqué la ministre qui y voit la justification de ces 6 millions de dépenses : “Il y a enfin un fonds d’intervention pour la biodiversité et la restauration écologique (FIBRE, doté de 25 millions d’euros dont 10 affectés à la stratégie nationale pour la biodiversité, NDLR) ; il va y avoir une gouvernance de la biodiversité avec un comité qui aura à disposition le fonds et qui pourra donner de la prévisibilité aux acteurs”. Deux nouveaux appels à projet sont prévus. Quant aux lauréats du jour, ils devraient être invités rapidement à signer une convention avec les services déconcentrés de l’Etat dans leurs territoires

FXG (agence de presse GHM)



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP