17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses
Accueil > Actualités de la mer > Brasparts. La moule perlière d’eau douce y est élevée

Brasparts. La moule perlière d’eau douce y est élevée

Dernière mise à jour le mardi 24 septembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télegramme" - 23 septembre 2013
Visualiser l’article original


Vieillissante et en voie de disparition, la moule perlière d’eau douce, appelée communément mulette, bénéficie désormais d’une station d’élevage, à Brasparts (29), destinée à assurer sa sauvegarde.

« La moule perlière d’eau douce est une espèce en voie de disparition », a déclaré, hier, Marie Capoulade, en préambule à l’inauguration de la station d’élevage de mulette, à Brasparts, sur l’Élez. Coordinatrice du programme européen Life, qui oeuvre depuis septembre 1990 pour la conservation du mollusque dans le Massif armoricain, elle a précisé que le déclin de l’espèce était général à l’échelle européenne : « Les populations sont vieillissantes et on n’a plus de jeunes individus ».« La présence de la moule perlière garantit la qualité d’un cours d’eau. Donc si on arrive à faire en sorte que les moules perlières soient préservées dans le milieu sauvage, c’est qu’on aura réussi à retrouver des cours d’eau de très bonne qualité », a-t-elle souligné.

Seule station d’élevageen France

À la station d’élevage de Brasparts, la seule en France, des larves de moules perlières, prélevées dans les ruisseaux bretons, sont mises en contact avec des truites. En effet, elles ne se développent que sur les branchies des poissons (truites ou saumons), où elles restent une dizaine de mois. « S’il n’y a pas de poissons, la moule perlière ne peut pas se reproduire », a assuré Mme Capoulade.Actuellement, sur le site de la station, mis en place par la Fédération de pêche du Finistère, quelque trois millions de larves se trouvent sur les branchies de 4.000 truites, à raison de 200 à 2.000 par poisson. Une fois qu’elles se décrochent de leurs hôtes, elles sont placées dans des aquariums et nourries quotidiennement avec un mélange de pâte d’algues, jusqu’à leur réintroduction dans les rivières, une fois âgées de 1 à 3 ans.La moule perlière était historiquement présente dans la majorité des cours d’eau des massifs anciens français mais une réduction d’au moins 50 % de sa population en dix ans est désormais notée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Décimée par les pêcheurs de perles

Il ne resterait plus que 100.000 moules perlières, réparties dans quelque 80 rivières, principalement dans le Massif Central et dans le Morvan, ainsi que dans le Massif armoricain. Cependant, sur ces 80 rivières, seules une petite dizaine abriterait encore des populations capables de se reproduire. Outre l’Élez, deux autres rivières bretonnes intéressent les scientifiques : le Loc’h, dans les Côtes-d’Armor, et la Bonne Chère, dans le Morbihan.L’espèce, dont la première cause de disparition dans le milieu sauvage a été la pêche à la perle jusqu’au début du XXe siècle, est aujourd’hui protégée à l’échelle européenne.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP