19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > Brasparts. La moule perlière d’eau douce y est élevée

Brasparts. La moule perlière d’eau douce y est élevée

Dernière mise à jour le mardi 24 septembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télegramme" - 23 septembre 2013
Visualiser l’article original


Vieillissante et en voie de disparition, la moule perlière d’eau douce, appelée communément mulette, bénéficie désormais d’une station d’élevage, à Brasparts (29), destinée à assurer sa sauvegarde.

« La moule perlière d’eau douce est une espèce en voie de disparition », a déclaré, hier, Marie Capoulade, en préambule à l’inauguration de la station d’élevage de mulette, à Brasparts, sur l’Élez. Coordinatrice du programme européen Life, qui oeuvre depuis septembre 1990 pour la conservation du mollusque dans le Massif armoricain, elle a précisé que le déclin de l’espèce était général à l’échelle européenne : « Les populations sont vieillissantes et on n’a plus de jeunes individus ».« La présence de la moule perlière garantit la qualité d’un cours d’eau. Donc si on arrive à faire en sorte que les moules perlières soient préservées dans le milieu sauvage, c’est qu’on aura réussi à retrouver des cours d’eau de très bonne qualité », a-t-elle souligné.

Seule station d’élevageen France

À la station d’élevage de Brasparts, la seule en France, des larves de moules perlières, prélevées dans les ruisseaux bretons, sont mises en contact avec des truites. En effet, elles ne se développent que sur les branchies des poissons (truites ou saumons), où elles restent une dizaine de mois. « S’il n’y a pas de poissons, la moule perlière ne peut pas se reproduire », a assuré Mme Capoulade.Actuellement, sur le site de la station, mis en place par la Fédération de pêche du Finistère, quelque trois millions de larves se trouvent sur les branchies de 4.000 truites, à raison de 200 à 2.000 par poisson. Une fois qu’elles se décrochent de leurs hôtes, elles sont placées dans des aquariums et nourries quotidiennement avec un mélange de pâte d’algues, jusqu’à leur réintroduction dans les rivières, une fois âgées de 1 à 3 ans.La moule perlière était historiquement présente dans la majorité des cours d’eau des massifs anciens français mais une réduction d’au moins 50 % de sa population en dix ans est désormais notée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Décimée par les pêcheurs de perles

Il ne resterait plus que 100.000 moules perlières, réparties dans quelque 80 rivières, principalement dans le Massif Central et dans le Morvan, ainsi que dans le Massif armoricain. Cependant, sur ces 80 rivières, seules une petite dizaine abriterait encore des populations capables de se reproduire. Outre l’Élez, deux autres rivières bretonnes intéressent les scientifiques : le Loc’h, dans les Côtes-d’Armor, et la Bonne Chère, dans le Morbihan.L’espèce, dont la première cause de disparition dans le milieu sauvage a été la pêche à la perle jusqu’au début du XXe siècle, est aujourd’hui protégée à l’échelle européenne.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP