21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > Brasparts. La moule perlière d’eau douce y est élevée

Brasparts. La moule perlière d’eau douce y est élevée

Dernière mise à jour le mardi 24 septembre 2013

Article paru
sur le site "Le Télegramme" - 23 septembre 2013
Visualiser l’article original


Vieillissante et en voie de disparition, la moule perlière d’eau douce, appelée communément mulette, bénéficie désormais d’une station d’élevage, à Brasparts (29), destinée à assurer sa sauvegarde.

« La moule perlière d’eau douce est une espèce en voie de disparition », a déclaré, hier, Marie Capoulade, en préambule à l’inauguration de la station d’élevage de mulette, à Brasparts, sur l’Élez. Coordinatrice du programme européen Life, qui oeuvre depuis septembre 1990 pour la conservation du mollusque dans le Massif armoricain, elle a précisé que le déclin de l’espèce était général à l’échelle européenne : « Les populations sont vieillissantes et on n’a plus de jeunes individus ».« La présence de la moule perlière garantit la qualité d’un cours d’eau. Donc si on arrive à faire en sorte que les moules perlières soient préservées dans le milieu sauvage, c’est qu’on aura réussi à retrouver des cours d’eau de très bonne qualité », a-t-elle souligné.

Seule station d’élevageen France

À la station d’élevage de Brasparts, la seule en France, des larves de moules perlières, prélevées dans les ruisseaux bretons, sont mises en contact avec des truites. En effet, elles ne se développent que sur les branchies des poissons (truites ou saumons), où elles restent une dizaine de mois. « S’il n’y a pas de poissons, la moule perlière ne peut pas se reproduire », a assuré Mme Capoulade.Actuellement, sur le site de la station, mis en place par la Fédération de pêche du Finistère, quelque trois millions de larves se trouvent sur les branchies de 4.000 truites, à raison de 200 à 2.000 par poisson. Une fois qu’elles se décrochent de leurs hôtes, elles sont placées dans des aquariums et nourries quotidiennement avec un mélange de pâte d’algues, jusqu’à leur réintroduction dans les rivières, une fois âgées de 1 à 3 ans.La moule perlière était historiquement présente dans la majorité des cours d’eau des massifs anciens français mais une réduction d’au moins 50 % de sa population en dix ans est désormais notée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Décimée par les pêcheurs de perles

Il ne resterait plus que 100.000 moules perlières, réparties dans quelque 80 rivières, principalement dans le Massif Central et dans le Morvan, ainsi que dans le Massif armoricain. Cependant, sur ces 80 rivières, seules une petite dizaine abriterait encore des populations capables de se reproduire. Outre l’Élez, deux autres rivières bretonnes intéressent les scientifiques : le Loc’h, dans les Côtes-d’Armor, et la Bonne Chère, dans le Morbihan.L’espèce, dont la première cause de disparition dans le milieu sauvage a été la pêche à la perle jusqu’au début du XXe siècle, est aujourd’hui protégée à l’échelle européenne.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP