20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Brest. France énergies marines manque de financement

Brest. France énergies marines manque de financement

Dernière mise à jour le samedi 5 octobre 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance-entreprises" - 03 octobre 2013
Visualiser l’article original


Basé à Brest, France énergies marines a pour objectif de coordonner les sites d’essais des différentes technologies d’énergies marines et de mener des recherches. Où en est-on aujourd’hui ?

Nous avons lancé de nombreux projets de recherche depuis juillet 2012. La construction des sites d’essais se poursuit, au large de Groix (éolien flottant), de Fos-sur-Mer (éolien flottant), du Croisic (houlomoteur), de Paimpol-Bréhat (hydrolien) et à Bordeaux (hydrolien estuarien). Les deux premiers sites opérationnels seront Bordeaux et Le Croisic, au premier semestre 2014. Nous devrions avoir une vingtaine de salariés en fin d’année et 70 en 2014. Si les financements arrivent...
Vous avez interpellé le président de la République à Cherbourg lundi, quant au déblocage des fonds. Pourquoi ?

Depuis un an et demi, nous fonctionnons avec le financement de nos adhérents : entreprises, universités, collectivités... En 2013, notre budget est de 1,3 million d’euros. Mais nous n’avons toujours pas un centime des Investissements d’avenir. 34 millions d’euros sont attendus de l’État sur les 134 millions d’euros de notre budget pour dix ans. Il y a urgence. Pour que les sites d’essais soient prêts, ils ont besoin de compléments d’investissements. Les industriels attendent pour tester leurs machines.
Annoncé en 2009, créé en 2012, France énergies marines n’est encore qu’une association de préfiguration en attente de création d’un Groupement d’intérêt public. C’est long non ?

Oui, c’est vraiment très long ! La volonté de façade est là. Mais, on se heurte en permanence à des difficultés administratives. Les Instituts d’excellence en énergies décarbonées (IEED) comme France énergies marines sont une disposition créée par les Investisements d’avenir. L’État a dû rôder sa mécanique d’instruction des dossiers. Il doit expliquer à Bruxelles la compatibilité des aides de l’État avec les règles de la libre concurrence. L’État doit encore notifier à Bruxelles. Il a des exigences, une méthodologie stricte et compliquée.
Le projet pourrait-il être retoqué par l’Europe ?

À mon avis, ce risque existait, mais il n’existe plus

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP