13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > Brest. France énergies marines manque de financement

Brest. France énergies marines manque de financement

Dernière mise à jour le samedi 5 octobre 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance-entreprises" - 03 octobre 2013
Visualiser l’article original


Basé à Brest, France énergies marines a pour objectif de coordonner les sites d’essais des différentes technologies d’énergies marines et de mener des recherches. Où en est-on aujourd’hui ?

Nous avons lancé de nombreux projets de recherche depuis juillet 2012. La construction des sites d’essais se poursuit, au large de Groix (éolien flottant), de Fos-sur-Mer (éolien flottant), du Croisic (houlomoteur), de Paimpol-Bréhat (hydrolien) et à Bordeaux (hydrolien estuarien). Les deux premiers sites opérationnels seront Bordeaux et Le Croisic, au premier semestre 2014. Nous devrions avoir une vingtaine de salariés en fin d’année et 70 en 2014. Si les financements arrivent...
Vous avez interpellé le président de la République à Cherbourg lundi, quant au déblocage des fonds. Pourquoi ?

Depuis un an et demi, nous fonctionnons avec le financement de nos adhérents : entreprises, universités, collectivités... En 2013, notre budget est de 1,3 million d’euros. Mais nous n’avons toujours pas un centime des Investissements d’avenir. 34 millions d’euros sont attendus de l’État sur les 134 millions d’euros de notre budget pour dix ans. Il y a urgence. Pour que les sites d’essais soient prêts, ils ont besoin de compléments d’investissements. Les industriels attendent pour tester leurs machines.
Annoncé en 2009, créé en 2012, France énergies marines n’est encore qu’une association de préfiguration en attente de création d’un Groupement d’intérêt public. C’est long non ?

Oui, c’est vraiment très long ! La volonté de façade est là. Mais, on se heurte en permanence à des difficultés administratives. Les Instituts d’excellence en énergies décarbonées (IEED) comme France énergies marines sont une disposition créée par les Investisements d’avenir. L’État a dû rôder sa mécanique d’instruction des dossiers. Il doit expliquer à Bruxelles la compatibilité des aides de l’État avec les règles de la libre concurrence. L’État doit encore notifier à Bruxelles. Il a des exigences, une méthodologie stricte et compliquée.
Le projet pourrait-il être retoqué par l’Europe ?

À mon avis, ce risque existait, mais il n’existe plus

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP