21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > Brest. France énergies marines manque de financement

Brest. France énergies marines manque de financement

Dernière mise à jour le samedi 5 octobre 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance-entreprises" - 03 octobre 2013
Visualiser l’article original


Basé à Brest, France énergies marines a pour objectif de coordonner les sites d’essais des différentes technologies d’énergies marines et de mener des recherches. Où en est-on aujourd’hui ?

Nous avons lancé de nombreux projets de recherche depuis juillet 2012. La construction des sites d’essais se poursuit, au large de Groix (éolien flottant), de Fos-sur-Mer (éolien flottant), du Croisic (houlomoteur), de Paimpol-Bréhat (hydrolien) et à Bordeaux (hydrolien estuarien). Les deux premiers sites opérationnels seront Bordeaux et Le Croisic, au premier semestre 2014. Nous devrions avoir une vingtaine de salariés en fin d’année et 70 en 2014. Si les financements arrivent...
Vous avez interpellé le président de la République à Cherbourg lundi, quant au déblocage des fonds. Pourquoi ?

Depuis un an et demi, nous fonctionnons avec le financement de nos adhérents : entreprises, universités, collectivités... En 2013, notre budget est de 1,3 million d’euros. Mais nous n’avons toujours pas un centime des Investissements d’avenir. 34 millions d’euros sont attendus de l’État sur les 134 millions d’euros de notre budget pour dix ans. Il y a urgence. Pour que les sites d’essais soient prêts, ils ont besoin de compléments d’investissements. Les industriels attendent pour tester leurs machines.
Annoncé en 2009, créé en 2012, France énergies marines n’est encore qu’une association de préfiguration en attente de création d’un Groupement d’intérêt public. C’est long non ?

Oui, c’est vraiment très long ! La volonté de façade est là. Mais, on se heurte en permanence à des difficultés administratives. Les Instituts d’excellence en énergies décarbonées (IEED) comme France énergies marines sont une disposition créée par les Investisements d’avenir. L’État a dû rôder sa mécanique d’instruction des dossiers. Il doit expliquer à Bruxelles la compatibilité des aides de l’État avec les règles de la libre concurrence. L’État doit encore notifier à Bruxelles. Il a des exigences, une méthodologie stricte et compliquée.
Le projet pourrait-il être retoqué par l’Europe ?

À mon avis, ce risque existait, mais il n’existe plus

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP