19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > Brest. Océanopolis : plongée au coeur des abysses

Brest. Océanopolis : plongée au coeur des abysses

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Lundi 09 Avril 2012
Visualiser l’article original



Brest. Océanopolis : plongée au coeur des abysses

Océanopolis invite le public à plonger dans l’univers inconnu et spectaculaire des grands fonds marins grâce à trois expositions, dont la première mondiale de l’AbyssBox, qui maintient crevettes et crabes sous pression.

Pour cette nouvelle saison, le parc de découverte des océans sort le grand jeu en présentant en première mondiale l’AbyssBox, projet mené en partenariat avec Ifremer et l’université Pierre et Marie-Curie. Les scientifiques ont conçu deux aquariums pressurisés à 180 bars, correspondant aux conditions sous-marines entre 1.700 et1.800m de profondeur. Une pression de127tonnes correspondant aupoids de trois Airbus A 320...

Trois crabes et quarante crevettes
À l’intérieur de ces boîtes en inox, de 600kg pièce, circulent 16litres d’eau de mer sans cesse renouvelés, où vivent des crabes et des crevettes collectés par les scientifiques au large des Açores. Environ 300 crevettes et onze crabes ont été ramenés à Brest. Avec une mortalité qui semble désormais stabilisée, il reste àOcéanopolis une quarantaine de crevettes, dont une femelle grainée, cequi est plutôt bon signe, et trois crabes. « C’est une première mondiale, un rêve qui était totalement inaccessible il y a seulement quelques années ».

Premières photos du coelacanthe
Mais ce rêve est très lourd et la recherche dans ce domaine a aussi un coût qui, tout compris, va flirter avec les 700.000 EUR. Pour cette exposition pérenne, installée à demeure dans le pavillon tempéré, Brest’aim a de son côté déboursé 340.000 EUR. Autre événement d’importance, l’installation dans le pavillon de la biodiversité de l’exposition de photographies de Laurent Ballesta. Ce biologiste marin, spécialisé dans l’exploration naturaliste en plongée profonde, a été le premier à réussir à photographier des coelacanthes, poisson mythique s’il en est, considéré comme le plus vieux du monde et le plus proche des vertébrés terrestres.

Laurent Ballesta et son équipe ont travaillé pendant un mois dans un canyon sous-marin, au large de l’Afrique du Sud. « En 29 jours, on a effectué 21 plongées à 120 m deprofondeur. On est restés au fond au maximum 34 minutes, qui nécessitent ensuite cinq heures de remontée ! Mais on a eu dela chance, on a trouvé des coelacanthes dès les deux premiers jours ! »

Océanopolis présente également, dans ce pavillon de la biodiversité, l’exposition de l’association Bloom, « Abysses », qui dévoile la plus grande diversité de créatures profondes jamais réunies.

Pratique
Océanopolis port de plaisance de Brest, tél.02.98.34.40.40. Expositions visibles à partir de samedi. Tarif : adultes, 17,05 euros ; jeunes et étudiants, 11,85 euros ; moins de 3 ans, gratuit ; familles nombreuses (deux adultes et trois enfants), 64,65 euros. > Site internet

Rédaction de Brest



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP