20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Bretagne Finistère Baie de Lannion. La piste de l’exploitation progressive du (...)

Bretagne Finistère Baie de Lannion. La piste de l’exploitation progressive du sable

Dernière mise à jour le lundi 23 février 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 19 Février 2015
Visualiser l’article original


Avec précaution, le rapport d’inspection sur l’extraction de sable coquillier estime qu’une « exploitation progressive » du gisement en baie de Lannion (22) « apparaît raisonnable ». Pourquoi ce rapport ? Le 3 février dernier, Ségolène Royal, ministre de l’Écologie et Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, ont conjointement diligenté une inspection sur le dossier d’extraction de sable en baie de Lannion (22). Cette mission, confiée à deux hauts fonctionnaires, visait notamment à vérifier la prise en compte des arguments environnementaux au cours de l’instruction du dossier et à apporter un « éclairage » sur les alternatives en amendements organiques pour l’agriculture.

Quel est l’état du dossier ?

La demande initiale de la CAN (Compagnie armoricaine de navigation) portait sur l’extraction de 400.000 m³ par an, pendant vingt ans. Mais, « pour tenir compte des observations, remarques, réserves et recommandations », l’administration a revu le projet à la baisse : durée ramenée de 20 à 15 ans ; extraction de 50.000 m³ la première année, 100.000 m³ la deuxième, 150.000 m³ les trois suivantes et 250.000 m³ ensuite ; exploitation interdite de mai à août. Le rapport note aussi que des mesures de suivi sont prévues, notamment sur la turbidité, l’inventaire biologique, le suivi halieutique, la présence du lançon. Selon les résultats de ces études, « l’administration se réserve le droit de modifier le volume pouvant être extrait, les modalités de l’extraction ou même la poursuite de l’extraction ».

Les arguments des opposants sont-ils entendus ?

« Les différents sujets soulevés par les opposants ont été examinés de façon approfondie au cours de l’instruction, estiment les deux auteurs. Sur certains de ces sujets, il se pourrait que l’information ait été insuffisante car, soit les informations apportées, soit les modifications apportées au projet semblent y répondre ». Le rapport reconnaît cependant que, sur des sujets tels que « l’impact sur les populations halieutiques et les risques d’interférence avec d’autres utilisations de la mer, il apparaît impossible de fournir une réponse indiscutable à la question de l’impact de l’exploitation ».

Y a-t-il des alternatives crédibles ?
.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP