26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?
Accueil > Actualités de la mer > Bretagne Finistère Baie de Lannion. La piste de l’exploitation progressive du (...)

Bretagne Finistère Baie de Lannion. La piste de l’exploitation progressive du sable

Dernière mise à jour le lundi 23 février 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 19 Février 2015
Visualiser l’article original


Avec précaution, le rapport d’inspection sur l’extraction de sable coquillier estime qu’une « exploitation progressive » du gisement en baie de Lannion (22) « apparaît raisonnable ». Pourquoi ce rapport ? Le 3 février dernier, Ségolène Royal, ministre de l’Écologie et Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, ont conjointement diligenté une inspection sur le dossier d’extraction de sable en baie de Lannion (22). Cette mission, confiée à deux hauts fonctionnaires, visait notamment à vérifier la prise en compte des arguments environnementaux au cours de l’instruction du dossier et à apporter un « éclairage » sur les alternatives en amendements organiques pour l’agriculture.

Quel est l’état du dossier ?

La demande initiale de la CAN (Compagnie armoricaine de navigation) portait sur l’extraction de 400.000 m³ par an, pendant vingt ans. Mais, « pour tenir compte des observations, remarques, réserves et recommandations », l’administration a revu le projet à la baisse : durée ramenée de 20 à 15 ans ; extraction de 50.000 m³ la première année, 100.000 m³ la deuxième, 150.000 m³ les trois suivantes et 250.000 m³ ensuite ; exploitation interdite de mai à août. Le rapport note aussi que des mesures de suivi sont prévues, notamment sur la turbidité, l’inventaire biologique, le suivi halieutique, la présence du lançon. Selon les résultats de ces études, « l’administration se réserve le droit de modifier le volume pouvant être extrait, les modalités de l’extraction ou même la poursuite de l’extraction ».

Les arguments des opposants sont-ils entendus ?

« Les différents sujets soulevés par les opposants ont été examinés de façon approfondie au cours de l’instruction, estiment les deux auteurs. Sur certains de ces sujets, il se pourrait que l’information ait été insuffisante car, soit les informations apportées, soit les modifications apportées au projet semblent y répondre ». Le rapport reconnaît cependant que, sur des sujets tels que « l’impact sur les populations halieutiques et les risques d’interférence avec d’autres utilisations de la mer, il apparaît impossible de fournir une réponse indiscutable à la question de l’impact de l’exploitation ».

Y a-t-il des alternatives crédibles ?
.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP