13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été
Accueil > Actualités de la mer > Bretagne Finistère Moules. La razzia des étoiles de mer

Bretagne Finistère Moules. La razzia des étoiles de mer

Dernière mise à jour le lundi 12 octobre 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 09 octobre 2015
Visualiser l’article original


Que faire contre les étoiles de mer ?
Les mytiliculteurs de Pénestin sont désemparés devant une invasion rarement vue dans leurs parcs.
C’est 30 % de leur production de moules qui a été dévorée par ces échinodermes. Des secteurs comme le Maresclé et Loscolo sont plus touchés que d’autres mais c’est l’ensemble de la zone de production sur bouchots de Pénestin qui est affectée par la forte présence en baie de Vilaine de cet animal marin inoffensif...
en apparence. Les étoiles rampent jusqu’aux parcs et grimpent dans les pieux sur lesquels sont enroulées les moules, mettant un terme à leur croissance. « Elles ouvrent les coquilles avec une force phénoménale et absorbent le mollusque », indique Christophe Porcher, président du syndicat des mytiliculteurs de Pénestin.
L’eau douce, l’ennemi Une prouesse que les professionnels commencent à goûter modérément. Ils estiment la perte à 30 %. Sur une production totale de 3.500 t, cela fait ainsi plus de 1.000 t qui échappent à la vente sur un marché où la demande est soutenue.
Avec 33 mytiliculteurs, Pénestin est le cinquième bassin français de production de moules. La présence de ces échinodermes n’est pas nouvelle, cette année, toutefois, elle atteindrait des records. La météo leur a été favorable. « La seule chose qui les fasse partir, c’est l’eau douce.
Or, on a eu un printemps plutôt sec », déplore Christophe Porcher. Cet hiver, la Vilaine n’a pas non plus été en situation de crue marquée. Il faudrait draguer

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP