15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk
Accueil > Actualités de la mer > Bretagne. L’algue dans l’assiette, un nouvel eldorado

Bretagne. L’algue dans l’assiette, un nouvel eldorado

Dernière mise à jour le lundi 10 décembre 2012

Article paru sur le site "Ouestfrance"
- 06 décembre 2012
Visualiser l’article original


La filière algues emploie environ 1 000 personnes en Bretagne, dont 650 à la production et environ 300 dans une trentaine d’entreprises de transformation. 70 000 tonnes ont été produites en 2011. 90 % sont récoltés en mer par 35 bateaux goémoniers, pour l’essentiel dans le Finistère nord et notamment dans l’archipel de Molène.

« Loin d’être en déclin, nous sommes une filière extrêmement dynamique », insiste Yvon Troadec, représentant au comité régional des pêches. Les pêcheurs ciblent avant tout la Laminaria digitata et dans une moindre mesure la Laminaria hyperborea.

« La récolte est adaptée, il n’y a pas de surexploitation, précise Martial Laurans, spécialiste du suivi à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). L’outil est assez sélectif. Les jeunes plants ne sont pas arrachés. »

Deux usines, Danisco (groupe Dupont de Nemours) à Landerneau et Cargill à Lannilis, en extraient les alginates utilisés comme épaississants et gélifiants. Ces deux usines pèsent 20 % des alginates pharmaceutiques et alimentaires produits dans le monde.
Une pêche à pied professionnelle

Le Chondrus crispus ou « p’tit goem’ » ou encore « pioca » fut longtemps récolté à pied, hors cadre légal, par les enfants, retraités ou toute personne souhaitant arrondir ses fins de mois. Ils étaient plus de 2000 estimés, il y a 20 ou 30 ans.

C’est fini. Depuis une réglementation de 2009, l’État contrôle. Résultat, 65 petites entreprises sont nées, surtout en Finistère et Côtes-d’Armor. Elles emploient une centaine de permanents. Environ 500 saisonniers travaillent aussi avec le système des Chèques emplois services agricoles (Tesa).

Tous ciblent une vingtaine d’algues utilisées en cosmétique, pharmacie, alimentation ou comme engrais. « On veut pérenniser la profession. On veut de nouveaux arrivants », dit André Berthou, membre du syndicat de récoltants d’algues de rive en Bretagne.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP