22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > / Bretagne Les coquilles Saint-Jacques : cahiers de doléances du (...)

/ Bretagne Les coquilles Saint-Jacques : cahiers de doléances du climat

Dernière mise à jour le mardi 12 janvier 2016

Article paru
sur le site "Fr3 Bretagne" - 09 Décembre 2015
Visualiser l’article original


Les coquilles Saint-Jacques font le bonheur des amateurs de fruits de mer, mais aussi celui des chercheurs. À Brest, un chercheur étudie ce mollusque qui cache bien des secrets
Les fêtes approchent et les coquilles Saint-Jacques s’apprêtent à faire leur entrée dans vos assiettes. Mais certaines personnes en sont friandes pour d’autres raisons.

Laurent Chauvaud est chercheur, et son laboratoire de recherche regorge de coquilles Saint-Jacques venues du monde entier. Chacune d’elles comporte des traces laissées quotidiennement, comme les arbres. "Ce sont ces marques journalières qui nous renseignent sur la variation de l’environnement à cette échelle du jour. Ce sont les archives de la mer, un livre écrit jour après jour, et on a appris à décrypter ce qui était écrit sur chacune de ces pages", constate Laurent.

Des coquilles du monde entier
Laurent réalise la majorité de ses études aux pôles.
L’astarte a déjà livré ses secrets : "Cet animal montre les premiers signes depuis une trentaine d’années d’une augmentation de sa croissance". Cet hiver, le chercheur le passera au pôle sud pour étudier les effets du réchauffement climatique sur la faune sous-marine.
De nombreuses questions sont encore sans réponse : "En Arctique, on va avoir la disparition de l’océan actuel pour avoir un nouvel océan fonctionnant de manière différente". L’analyse des coquilles Saint-Jacques sont une aide précieuse pour les scientifiques.

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP