24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers
Accueil > Actualités de la mer > Mer Politique Education Spered Ar Vro Pêche à pied. Trop de (...)

Mer Politique Education Spered Ar Vro Pêche à pied. Trop de place à l’interprétation

Dernière mise à jour le mercredi 19 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 17 mars 2014
Visualiser l’article original


Depuis le 1er janvier, un nouvel arrêté réglemente l’exercice de la pêche de loisir à pied en Bretagne. Ce texte harmonise les pratiques. Il introduit aussi, par espèce, des notions de « quantité maximale » et d’« équivalence approximative en poids maximal ». Des notions trop sujettes à interprétation selon les pêcheurs plaisanciers.
Autrefois, le pêcheur à pied qui s’aventurait en rivière de Pont-l’Abbé à l’occasion d’une grande marée savait. Il savait qu’il n’avait pas le droit de prélever plus de 2 kg de coques (3 cm) et palourdes (4 cm) cumulés. Depuis le 1er janvier, et l’entrée en vigueur d’un nouvel arrêté réglementant l’exercice de la pêche maritime de loisirs pratiquée à pied, la donne a changé. Et elle sème le trouble chez les pêcheurs. « L’arrêté parle en nombre de captures mais propose une équivalence en poids qui ne correspond à rien », explique Philippe Spetz, vice-président du comité départemental 29 de la Fédération nationale des pêcheurs plaisanciers et sportifs de France. Une association dont l’objectif est de défendre le droit des pêcheurs tout en préservant la nature.

Ambiguïté

Ce nouvel arrêté uniformise la réglementation pour l’ensemble de la Bretagne. Une bonne chose, reconnaît Philippe Spetz, tant il existait selon lui de disparités locales, aussi bien dans le matériel que dans les captures. « Cela correspond à quelque chose que l’on attendait. On ne s’y retrouvait pas ». Ce travail d’uniformisation est le fruit d’une réflexion menée « avec intelligence », pendant cinq mois en 2013, par les différents partenaires, associations et services de l’État. Mais voilà, les conclusions du groupe de travail réuni par le préfet de région n’ont pas toutes été reprises dans le document final. Alors qu’il était prévu un poids maximal autorisé et une équivalence en nombre d’individus, l’arrêté propose finalement tout le contraire. Il donne, par espèce, un nombre d’individus maximal et adjoint une équivalence en poids qui, précise l’arrêté, est « approximative et indicative ». C’est là tout le problème. « Le texte est trop ambigu, il laisse trop la place à l’interprétation », regrette Philippe Spetz. « Si on prend la coquille Saint-Jacques, on a le droit à 30 individus par jour et par personne. Or l’équivalence poids indicative est de 2 kg. Mais, avec 30 coquilles, on est plus proche de 5 kg ! ».

« Un retour en arrière »

Pour lui, c’est clair, le texte « n’est plus cohérent en terme de poids ». Depuis le début de l’année, Philippe Spetz va à la rencontre des pêcheurs plaisanciers pour expliquer le texte et ses subtilités. Il craint d’ailleurs que ce nouvel arrêté n’entraîne des litiges. « Le pêcheur doit se fier à la quantité même s’il dépasse l’équivalence poids ». Et puis, lors des contrôles, il faudra dénombrer les espèces : 200 pour les coques et palourdes en rivière de Pont-l’Abbé (soit un poids équivalent approximatif de 4,6 kg), 500 bigorneaux partout en Bretagne (soit un rapport quantité-poids équivalent approximatif cohérent). « Cela va compliquer le travail de contrôle mais il y aura aussi un risque d’interprétation dans l’application espèces-poids

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP