23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux
Accueil > Actualités de la mer > Mer Politique Education Spered Ar Vro Pêche à pied. Trop de (...)

Mer Politique Education Spered Ar Vro Pêche à pied. Trop de place à l’interprétation

Dernière mise à jour le mercredi 19 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 17 mars 2014
Visualiser l’article original


Depuis le 1er janvier, un nouvel arrêté réglemente l’exercice de la pêche de loisir à pied en Bretagne. Ce texte harmonise les pratiques. Il introduit aussi, par espèce, des notions de « quantité maximale » et d’« équivalence approximative en poids maximal ». Des notions trop sujettes à interprétation selon les pêcheurs plaisanciers.
Autrefois, le pêcheur à pied qui s’aventurait en rivière de Pont-l’Abbé à l’occasion d’une grande marée savait. Il savait qu’il n’avait pas le droit de prélever plus de 2 kg de coques (3 cm) et palourdes (4 cm) cumulés. Depuis le 1er janvier, et l’entrée en vigueur d’un nouvel arrêté réglementant l’exercice de la pêche maritime de loisirs pratiquée à pied, la donne a changé. Et elle sème le trouble chez les pêcheurs. « L’arrêté parle en nombre de captures mais propose une équivalence en poids qui ne correspond à rien », explique Philippe Spetz, vice-président du comité départemental 29 de la Fédération nationale des pêcheurs plaisanciers et sportifs de France. Une association dont l’objectif est de défendre le droit des pêcheurs tout en préservant la nature.

Ambiguïté

Ce nouvel arrêté uniformise la réglementation pour l’ensemble de la Bretagne. Une bonne chose, reconnaît Philippe Spetz, tant il existait selon lui de disparités locales, aussi bien dans le matériel que dans les captures. « Cela correspond à quelque chose que l’on attendait. On ne s’y retrouvait pas ». Ce travail d’uniformisation est le fruit d’une réflexion menée « avec intelligence », pendant cinq mois en 2013, par les différents partenaires, associations et services de l’État. Mais voilà, les conclusions du groupe de travail réuni par le préfet de région n’ont pas toutes été reprises dans le document final. Alors qu’il était prévu un poids maximal autorisé et une équivalence en nombre d’individus, l’arrêté propose finalement tout le contraire. Il donne, par espèce, un nombre d’individus maximal et adjoint une équivalence en poids qui, précise l’arrêté, est « approximative et indicative ». C’est là tout le problème. « Le texte est trop ambigu, il laisse trop la place à l’interprétation », regrette Philippe Spetz. « Si on prend la coquille Saint-Jacques, on a le droit à 30 individus par jour et par personne. Or l’équivalence poids indicative est de 2 kg. Mais, avec 30 coquilles, on est plus proche de 5 kg ! ».

« Un retour en arrière »

Pour lui, c’est clair, le texte « n’est plus cohérent en terme de poids ». Depuis le début de l’année, Philippe Spetz va à la rencontre des pêcheurs plaisanciers pour expliquer le texte et ses subtilités. Il craint d’ailleurs que ce nouvel arrêté n’entraîne des litiges. « Le pêcheur doit se fier à la quantité même s’il dépasse l’équivalence poids ». Et puis, lors des contrôles, il faudra dénombrer les espèces : 200 pour les coques et palourdes en rivière de Pont-l’Abbé (soit un poids équivalent approximatif de 4,6 kg), 500 bigorneaux partout en Bretagne (soit un rapport quantité-poids équivalent approximatif cohérent). « Cela va compliquer le travail de contrôle mais il y aura aussi un risque d’interprétation dans l’application espèces-poids

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP