15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux9 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"8 août : Le Chili devient le premier pays d’Amérique latine à interdire les sacs en plastique8 août : Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé 6 août : Des raies dangereuses se rapprochent des côtes françaises1er août : La colère de Laury Thilleman contre le plastique dans la mer31 juillet : La mer sera bientôt dans la Constitution26 juillet : Pêche au bar. Les ligneurs s’en prennent aux bolincheurs24 juillet : Paradeep. À l’abordage du marché nautique ! 23 juillet : Brexit. Les pêcheurs toujours dans le bleu 21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 2030
Accueil > Actualités de la mer > Brexit. Les pêcheurs toujours dans le bleu

Brexit. Les pêcheurs toujours dans le bleu

Dernière mise à jour le lundi 23 juillet 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 20 Juillet 2018
Visualiser l’article original


Le Royaume-Uni entend remettre la main sur « ses » poissons mais les conditions pour commencer à en parler ne sont toujours pas réunies. Le risque : priver les pêcheurs européens de centaines de milliers de tonnes de capture.

Gerald van Balsfoort est inquiet. Le chef de l’Alliance des pêcheurs de l’Union européenne (EUFA), créée il y a un an pour représenter l’industrie auprès des négociateurs du Brexit, constate que, mois après mois, la possibilité d’un « hard Brexit » a tendance à croître. En cause, les derniers développements de l’autre côté de La Manche.
La proposition de « soft Brexit » inscrite dans son « livre blanc » a été arrachée par Theresa May au prix d’un remaniement ministériel, son vote au Parlement est passé à une poignée de voix près cette semaine et la Première ministre n’a aucune marge de manœuvre dans les discussions sur la frontière entre Irlande du Nord et du Sud.

« Il faut admettre que le « no deal » est une possibilité. Impossible de dire si le risque est de 20, 30 ou 50%. Mais ce serait un désastre… Peut-on imaginer que des pêcheries qui pêchent depuis des générations, parfois des centaines d’années dans les eaux britanniques s’arrêtent soudain au milieu de la Manche ? », interroge Gerhard van Balsfoort.

En tant qu’État côtier indépendant pour la première fois en 40 ans, l’accès aux eaux britanniques se fera à nos conditions

Lire l’Article complet sur...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP