20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Bruno Le Maire aux Sables : « Je crois en l’avenir de la pêche française (...)

Bruno Le Maire aux Sables : « Je crois en l’avenir de la pêche française »

Dernière mise à jour le lundi 20 février 2012

Article paru sur le site "Ouest-France" - Lundi 13 Février 2012
Visualiser l’article original



Bruno Le Maire aux Sables : « Je crois en l’avenir de la pêche française »

« La pêche française a un bel avenir. » C’est le message qu’a martelé tout au long de la matinée Bruno Le Maire, le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, en visite aux Sables-d’Olonne.

« Les pêcheurs ont besoin d’être écoutés et défendus », a-t-il répété, notamment lors d’une table ronde avec les représentants de la filière, après une visite de la criée et d’une case de mareyage, et avant d’embarquer sur l’Anthinéas, chalutier reconverti à la technique de la senne danoise. « Il faut les aider à tracer un cap », a précisé le ministre en détaillant les points sur lesquels il entend poursuivre le travail.

Une meilleure organisation de la filière, « qui franchi un cap en se réorganisant depuis trois ans ». La modernisation des outils : « Il faut accélérer le renouvellement de la flotte. Un investissement qui sera rentable à long terme. » La poursuite des efforts engagés pour une pêche plus durable : « Je voudrais saluer les efforts des pêcheurs pour avancer dans cette direction. Je m’opposerai toujours à une approche environnementale dogmatique. Il faut défendre une approche pragmatique », a lancé le ministre en rappelant, notamment, ses principaux points de désaccord avec les propositions de la commission européenne dans le cadre de la réforme de la politique de la pêche (quotas individuels transférables, zéro rejet et rendement maximum durable d’ici 2015).



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP