13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Bruxelles se bat pour interdire la pêche en eau profonde

Bruxelles se bat pour interdire la pêche en eau profonde

Dernière mise à jour le samedi 22 juin 2013

Article paru
Le Monde->www.lemonde.fr
]" - 19 Juin 2013
Visualiser l’article original


Au nom de la sauvegarde de la ressource et de la protection d’écosystèmes marins fragiles, la commissaire voudrait bannir progressivement le chalutage de fond et les filets maillants dans les deux ans qui viennent. Problème : les poissons profonds ne se cantonnent pas aux abysses et peuvent se rapprocher de la surface. La future réglementation vise les navires qui ciblent spécifiquement les espèces d’eau profonde – principalement le grenadier de roche, le sabre noir et la lingue bleue – et en remontent au moins 10 % par jour dans leurs chaluts. Les autres, ceux qui les capturent accessoirement dans leurs filets ou à la palangre, ne seraient pas concernés.

Au total, les fonctionnaires estiment que ces mesures toucheraient une petite partie des professionnels de la pêche dans l’Union : à peine 2 % des navires opérant dans l’Atlantique Nord-Est, ce qui correspond à 1,5 % des captures européennes dans cette zone. Sur les 37 579 navires qui y travaillent, 4 456 au total ont déclaré avoir pris des espèces d’eaux profondes – y compris daurades rose, requins des grands fonds – en 2011, mais la plupart n’ont dépassé les 10 % de prises fatidiques que deux ou trois jours durant leur saison.

BIEN DÉCIDÉS À LIVRER BATAILLE

Peu nombreux peut-être, mais bien décidés à livrer bataille, les élus des littoraux concernés, eurodéputés français, espagnols, portugais et britanniques ont âprement pris la défense de cette pêche industrielle. En février 2013, lors d’une précédente session, ils avaient obtenu un report de plusieurs mois de toute décision arguant d’un manque de données sur le secteur et de connaissances scientifiques insuffisantes. Cette fois, ils ont mis en doute les chiffres de la Commission européenne et tenté de renvoyer à nouveau le dossier à plus tard, mais le vote ne leur a pas été favorable. Le Parlement réuni en session plénière devrait se pencher sur le dossier à l’automne.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP